La passion dans l'oeuvre de paul claudel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8107 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La représentation de la Passion au XXe siècle : Claudel ou l'Homme dans la Passion

« À la fatale trompette mon âme n'a pas encore appris à rester sourde »1

Introduction Pour les catholiques, la Passion de Jésus de Nazareth figure un moment crucial dans la révélation de la foi : narrée dans le Nouveau Testament notamment par l’évangile de Saint Jean, elle rend compte des supplices du Christ,de son arrestation sur le Mont des Oliviers à sa crucifixion en passant par son procès et son « chemin de croix » jusqu’au Mont Golgotha. Cette mort exemplaire correspond au sacrifice nécessaire afin que l’homme élu, fils de Dieu, rachète par ses souffrances les péchés de l’humanité. Le terme de « Passion », emprunté au latin passio, -onis, formé sur le participe passé du verbe pati « souffrir,éprouver, endurer » est utilisé pour désigner les souffrances du Christ (et par la suite celles des martyrs) dans le sens de « souffrance physique, douleur, maladie » attesté dès le IIIe siècle ; il évoluera rapidement vers une acception plus active de « mouvement, affection, sentiment de l’âme ». Ainsi ce terme brasse une large polysémie, du sens sacré de « supplices endurés » au sens profane,courant, de « tendance d'origine affective caractérisée par son intensité et par l'intérêt exclusif et impérieux porté à un seul objet », dont la passion amoureuse est exemplaire. L’on comprend dès lors l’intérêt que l’art a éprouvé à s’emparer d’un tel sujet, propice à la grandeur de la représentation ; il suffit de penser à la multiplicité des « Christ en croix » donnés à voir par l’art picturalpour s’en persuader. Au cœur de la Passion donc, un sacrifice grandiose ; et si l’on se penche sur ce que le XXe siècle fait de cette question là, logiquement la figure de Paul Claudel, le dramaturge du sacrifice par excellence de ce siècle, s’impose. En effet, directement concerné par l’épisode de la Passion de par ses profondes convictions religieuses, Paul Claudel en a innervé son œuvredramaturgique de façon protéiforme : les visions de la Passion sont diverses chez cet auteur dont la vie même a été une source inépuisable d’inspiration en ce qui concerne les multiples acceptions du terme. Avec la question du sacrifice se pose la question du drame (dans la polysémie de drama, action ; genre théâtral ; et drame, « situation grave et tragique, présentant souvent un caractère violent ») quiva mettre Claudel en prise avec deux problèmes : la vocation religieuse d’une part (rejouer le sacrifice christique en renonçant au monde et à la création artistique) ; et l’amour humain d’autre part. C’est que le drame de la Passion se joue dans le théâtre claudélien à niveau d’homme ; transposition qui tire tout son intérêt de ce qu’elle ne représente ni des saints, ni des âmes irrémédiablementperdues : « Ce ne sont pas des saints que j’ai voulu présenter, mais de faibles créatures humaines en prise avec la grâce », écrit-il à M.de Pawlowski dans une lettre. C’est cette lutte, ce conflit qui constituera la véritable « Passion » humaine, révélée par le théâtre. Comment l’œuvre théâtrale de Claudel représente-t-elle le drame de cette déchirure entre Passion et passion, commentconfronte-t-elle l’Homme avec le sacrifice ?
1 Paul Claudel, À propos du « Livre de Christophe Colomb », Pléiade Théatre Tome II, p.1499

Fasciné par la beauté esthétique des manifestations catholiques 2, Claudel ne s’est pas privé de proposer une représentation de la Passion fidèle à la tradition biblique et aux mystères moyenâgeux ; cela dit son originalité dans le traitement de la Passion résidedavantage dans le rôle des figures féminines, à la fois obstacles au divin et seul chemin possible vers lui ; ce qui révèle enfin quel peut être le destin de l’Homme dans le sacrifice. I. Tradition biblique et moyenâgeuse a) Poses christiques dans le théâtre de Claudel Les poses, ou attitudes de certains personnages dans le théâtre claudélien qui rappellent plus ou moins directement celle du Christ...
tracking img