La peine de mort est-elle juste ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La peine de mort est-elle juste ou injuste ? Assurément qu'elle est juste, et je vais le démontrer par l'irrécusable principe de l'égalité entre le préjudice et le châtiment.

En vérité, il y a plusieurs principes à partir desquels la peine de mort se justifie. Autant de principes qui sont autant d'arguments valables. Mais il y a bien d'autres arguments qui ne sont pas des principes -des pointsde départ-, mais qui découlent des principes. Par exemple, l'ordre social est un principe, et l'argument qui en découle est la nécessité de ne pas avoir peur de ses compatriotes qui s'abandonnent au crime contre nous. Il y a un ordre social à préserver et le criminel le bouleverse. Il n'y a pas d'ordre social qui se tienne sans la fermeté punitive qui le préserve. Cette peur constante ou aggravéesaboterait toutes les ententes entres les citoyens et couperait à terme tous les liens sociaux. Ainsi, éliminer physiquement les assassins nous rassure contre eux. La peur que les meurtriers nous inspirent disparaît par leur disparition.

Notre compassion à ne pas les exécuter n'est pas la grandeur d'une âme ferme, mais une faiblesse d'une intelligence inconséquente.

Il n'y a pas dereconnaissance à espérer d'un meurtrier qu'on absout. Il recommencera en vous riant au nez de vous avoir berné. Vous vous laissez berner par le criminel qui demande une grâce qu'il a lui-même refusée à sa victime. En intelligence le meurtrier paraît plus solide que vous l'honnête citoyen. Le meurtrier a intérêt à être plus retors que vous pour sauver sa vie, mais vous avez l'obligation de l'être toutautant, voire plus, pour réparer celle qu'il a réduite à néant, et prévenir ses potentielles victimes.

La loi, qui doit être obéie par les meurtriers, ne l'est pas et ne le sera pas plus par les bontés que vous leur prodiguerez à votre détriment; mais elle sera bel et bien obéie par la force que vous leur imposerez.

La loyauté envers notre loi commune fait le bon citoyen, la déloyauté lemauvais. Le meurtrier, déloyal au suprême degré, doit subir le châtiment tout aussi suprême. Le même qualificatif tient lieu d'égalité, donc de justice, entre la faute et le châtiment.

Quand un voleur est puni, ne trouve-t-on pas juste et conséquent qu'il rembourse la valeur du bien volé; on exige même qu'il rembourse un peu plus pour compenser le désagrément temporaire causé au volé et pour effacerl'injure faite à la loi transgressée. Il est illogique d'en exiger moins d'un meurtrier qui cause un tort plus grand encore, car irréparable.

Le contrat social, métaphore imaginée par Hobbes et reprise par Rousseau, par lequel je m'engage au respect et secours mutuels avec mes semblables, fonde la société. Ce contrat a été rompu par le meurtrier qui fit sur sa victime tout le contraire durespect et du secours. Il est passible de la peine de mort dit l'un des tout premiers fondateurs de la démocratie libérale moderne, John Locke. Rousseau pensait de même, et Kant aussi. Le plus grand humaniste de la Renaissance, Érasme, acceptait même qu'on les torture.

La peine de mort existe depuis plus longtemps et dans plus de pays que son contraire. La constance géographique et historique doitprévaloir sur une nouveauté dont l'efficacité n'a pas encore pu être universellement prouvée, sur une mansuétude qui nous paraît une trahison envers la justice séculaire, voire multimillénaire. Une loi ancienne, même sévère, est meilleure qu'une loi nouvelle, même plus douce. L'ancienneté contient un plus grand réservoir d'expériences concluantes qu'une nouveauté.

Les intellectuels, leshumanistes, les philosophes, ceux qui se croient plus éclairés que les autres, préconisent l'abolition de la peine de mort; mais le peuple, le peuple au bon sens a toujours reconnu la justesse de la peine de mort pour le meurtrier. Les membres de l'intelligentsia veulent toujours paraître plus intelligents que la loi, et tentent toujours de la modifier au dernier moment et selon leurs désirs. Le peuple...
tracking img