La peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 août 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

|Cours de Correspondance, rapport et communications |
||

La libération conditionnelle

Cours : Françai
Année 2008-2009

TABLE DES MATIERES

1. Dissertation………………………………………………………………..4

2. Annexes……………………………………………………………………….8

3. Bibliographie……………………………………………………………….9

1. Dissertation

La libération conditionnelle

Qu’est ce que la libération conditionnelle ? En cas d’infractions, de délits ou de crimes,les cours et tribunaux de notre pays sont en principe les garants des valeurs et des règles de notre société qui est censée nous protéger par les décisions coercitives qu’elles prennent. La liberté peut sembler illogique puisqu’elle permet à un accusé, de bénéficier, d’une libération, sans avoir accomplis la totalité de sa peine. Pourquoi ? Quelles sont les raisons qui ont poussé le législateur àprévoir non pas une échappatoire, mais, un certain créneau d’adoucissement des décisions rendues.

Je développerais ci-après, les raisons qui me semblent favorables et d’autres parmi lesquelles les victimes toujours préjudiciées peuvent y voir un certain laxisme.

Qu’est ce que la liberté conditionnelle ? Il s’agit d’une possibilité à un condamné de ne pas purger l’entièreté de sapeine. En général, il suffit de purger le tiers de celle-ci, pour pouvoir bénéficier d’une liberté que j’appellerais « surveillée ». En fait, le condamné est tenu au respect de certaines conditions édictées par la justice. Mais dans quelles conditions peut–on parler d’ équité et respect de la victime ? Nous pourrons, ici, développer les points négatifs et positifs de cet aspect des choses…Tout d’abord, la liberté conditionnelle s’applique plus facilement à des délits mineurs et où en principe, la récidive est peu probable en fonction de la situation sociale et familiale[1] dans laquelle l’auteur se trouve. La réinsertion par le travail peut être une solution capable de porter ses fruits à court, moyen termes car une personne isolée de tout contexte social ou familiale durant despériodes trop longues, peut, à la limite devenir associable voir « irrécupérable ».

Cette reconversion que l’on pourrait appeler douce, permettrait, après avoir compris ses erreurs, de reprendre une vie que l’on appelle normale dans la société. Toute personne qui a la possibilité de pourvoir revivre avec son épouse, son époux et ses enfants est un facteur de stabilisation etd’encouragement. Lorsqu’on à tout perdu une fois, les perspectives doivent, sauf cas irrécupérables, amener vers un amendement. Tout être censé, doit se rendre compte que même si il y clémence, l’épée Damoclès se trouve toujours au dessus de sa tête, et en cas du moindre problème, le couperet tomberait sans hésitation.

Plutôt qu’une libération pure et simple, d’autres méthodes existent actuellement,tel que la pose de « bracelet ». Il s’agit d’une mesure discrète, non vexatoire qui permet au condamné de profiter d’une certaine liberté surveillée, voire très surveillée sans aucun signe extérieure qui pourrait le trahir ou compromettre sa réinsertion dans le monde du travail.

Il existe, en outre, depuis peu, une libération conditionnelle d’un prévenu par un juge d’instruction[2] qui encontre partie de la non délivrance d’un mandat d’arrêt pure et simple, permet à la personne de bénéficier d’une liberté immédiate sous des conditions qu’il aura édictées. Toutes ses mesures, dans la généralité, ont une même tendance, soit une prise de conscience du prévenu de la portée de ses actes et des répercutions qu’ils ont pu avoir. Il est bien sur tenu, afin de le responsabiliser...
tracking img