La peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2227 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mon intervention s’adresse à ceux, il en existe, pour lesquels il n’aurait pas fallu abolir la peine de mort, ou alors avec des restrictions, par exemple pour les crimes d’enfants. Mais le meurtre d’un adulte n’est-il pas, lui aussi, odieux ? ou le meurtre d’une femme est-il péché véniel ? Ou avec des restrictions pour les tyrans, les Ceucescu (qui firent un gros succès à l’Audimat), ou SaddamHussein (tyran sanguinaire devenu bête de cirque que l’on filme avec un téléphone portable) ou ses coaccusés. Qui n’a pas été choqué par la pendaison, le 15 janvier dernier, d'Awad Al-Bandar, ancien président de l'ex-Tribunal révolutionnaire d’Irak, et de Barzan Takriti, ancien chef des services de renseignement et demi-frère de Saddam Hussein ? La révélation officielle du fait que « la tête deBarzan Takriti s'est séparée de son corps au moment de la pendaison » a fait exprimé à la secrétaire d'Etat américaine Condoleeza Rice, la « déception » de son pays, estimant que les deux hommes auraient dû être pendus avec, je cite, « plus de dignité ».
Nous fêtions, il y a quelques temps, le 25e anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France, à laquelle le nom de Robert Badinter estdéfinitivement lié. Par un heureux hasard, le Parlement s’est réuni aujourd’hui même en Congrès et l’a inscrite dans la Constitution de notre pays. De toute façon, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne stipule, dans son article 2, que « nul ne peut être condamné à la peine de mort, ni exécuté » et la France est obligée de s’y conformer.
Mais l’Union Européenne ce n’est pasl’Humanité et de nombreux pays pratiquent encore la peine capitale. Des pays connus pour leur noble conception des Droits de l’Homme : la Chine, l’Iran, le Viêt Nam, les Etats Unis, la Corée du Nord, l’Ouzbékistan, l’Arabie Saoudite, le Pakistan, le Bangladesh, le Koweït, la Biélorussie, l’Egypte, le Soudan, la Somalie, etc. mais aussi 3 démocraties en plus des EU : Taiwan, le Japon et l’Inde.

Il auraitfallu reprendre tous les arguments du débat donc toute son histoire depuis la publication en 1764, "Des délits et des peines" d’un jeune homme de vingt-six ans, Cesare Beccaria, amorce du premier mouvement abolitionniste.
Dans une grande partie de l'Europe, mais aussi dans le monde, l'ouvrage rencontra un succès prodigieux et, pendant deux siècles, le débat sur la peine de mort ne cessera jamaistotalement et est encore d’actualité.
Voltaire qui s'était tout d'abord montré réticent à l'égard de l'abolition de la peine de mort s'y rallie en 1777, d'autres penseurs le suivent.
À l'Assemblée nationale constituante, la première plaidoirie abolitionniste est prononcée par Louis-Michel de Saint Fargeau, rapporteur du projet de Code pénal. Après de longues discussions, la Constituante décidepresque à l'unanimité que la peine de mort ne sera pas abrogée. Dans les années qui suivirent, la justice révolutionnaire fera exécuter entre trente et quarante mille condamnés.
Au cours des débats, l'un des orateurs politiques, partisan de l'abolition, s’appelait pourtant Maximilien de Robespierre.
Décidément, la question n’est pas facile.
Deux phrases me reviennent soudain à l’esprit :« L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie » (Spinoza)
« Tout condamné aura la tête tranchée » (Article 3 du Code pénal, 1791).
Et en écho à cette dernière, la Reine d’Alice au pays des Merveilles, totalement hystérique, avec son « Coupez-lui la tête »

Un souvenir d’enfance aussi : dans la cour près du bloc où nous habitions. Unbillot, une hache, une poule que le voisin avait élevée et qui constituait le menu du lendemain dimanche. La tête tranchée. Et la bête étêtée qui court, pendant quelques secondes, idiote, aveugle, « insensée », en tous sens avant de s’affaler le cou maculé de sang.
Quelques années plus tard, étudiant en Médecine, m’interrogeant sur la physiologie du corps humain (mais un corps sans tête...
tracking img