La pensée libérale

Pages: 11 (2545 mots) Publié le: 30 septembre 2009
Le courant libéral
La naissance du courant libéral classique se situe à la fin du XVIIIe siècle. Ce n'est qu'à partir de la fin du XIXe siècle que les écoles néo-classiques sont apparues.

I -- L'école classique.
On a l'habitude de considérer les auteurs de l'école classique comme les fondateurs de la science économique. Il est vrai qu'avant la fin du XVIIIe siècle la pensée économique étaitplutôt limitée. On note toutefois à partir du XVIe siècle la naissance d'une réflexion économique à part entière :
• les mercantilistes (du XVIe au XVIIIe siècle).
• Les physiocrates (à partir du XVIIIe siècle).
• L'école classique anglaise au début du XIXe siècle avec Adams Smith, David Ricardo, Malthus, John Stuart Mill.
• L'école classique française avec Jean-Baptiste Say.

A - En quoiconsiste globalement la pensée libérale ?
Dans la pensée libérale, l'explication des phénomènes économiques se trouve dans l'action des seuls « individus », acteurs sur les marchés. L'individu est considéré comme un être rationnel qui procède à des calculs afin d'atteindre le mieux possible ses objectifs, compte tenu des contraintes environnementales qui s'imposent à lui. Dans le jargon deséconomistes classiques et néo-classiques on parle d' « homo economicus ». L'homo economicus est un être abstrait qui cherche toujours à maximiser ses choix au regard des contraintes de revenus qui s'imposent à lui.
La démarche classique est donc une démarche microéconomique : -- ce sont les lois du marché (loi de l'offre et de la demande) qui doivent conduire à un équilibre macroéconomique général dansle cadre d'une concurrence pure et parfaite. C'est la poursuite des intérêts particuliers qui aboutit à la satisfaction générale, au bien-être de la société sans que cette recherche des intérêts particuliers ne soit considérée comme nuisible à l'intérêt général, bien au contraire.
Pour les classiques, la « main invisible » du marché aboutit à la meilleure efficacité économique qui soit et concilieparfaitement l'intérêt général et les intérêts particuliers. Il en résulte naturellement une volonté sans équivoque de maintenir l'état hors de la vie économique. Il suffit que chacun poursuive son activité pour que se réalise l'harmonie sociale. Au final, nous pouvons donc dire que dans une optique libérale, le marché correspond à un processus d'ajustement entre les actions économiques desindividus, processus qui apparaît comme le seul moyen de concilier la liberté individuelle et les contraintes sociales.

B. -- les mercantilistes et les physiocrates.
-- du XVIe au XVIIIe siècle les mercantilistes nous ont présenté une vision un peu simpliste de l'économie. Ils étaient en général les conseillers des princes et des rois. Pour les mercantilistes, la puissance des états était fondéesur l'accumulation des métaux précieux (surtout l'or bien entendu). Toutes les règles de conduite qu'ils préconisaient allait donc dans ce sens. Pour Colbert, par exemple, la notion d'échange international se limitait à la recherche de moyens de développement d'exportations intensives et de réduction des importations.
-- au XVIIIe siècle, les physiocrates ont permis à la pensée économique deprogresser. Les analyses de Quesnay (médecin de Louis XV) semblent assez pertinentes -- Quesnay décrit l'économie sous forme d'un circuit économique et raisonne en termes de quantités globales. Il montre la nécessité pour les pays d'élaborer des systèmes de comptabilité nationale. Toutefois, les physiocrates ont encore une vision de l'économie assez limitée -- Quesnay ne s'intéresse en fait qu'àl'agriculture et aux revenus agricoles. Seule l'agriculture est créatrice de richesses pour les physiocrates.

C -- l'école classique anglaise.
En Grande-Bretagne, au début du XIXe siècle, la première révolution industrielle est marquée par le passage d'une société agricole à une société industrielle. Les idées libérales apparaissent donc dans ce contexte -- les principaux auteurs sont bien connus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • liberal
  • les liberaux
  • Pensée
  • Les pensées
  • Pensée
  • Pensée
  • Pensées
  • les pensées

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !