La pension

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1008 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Honoré de Balzac est au auteur du XIXeme siècle qui a couvert plusieurs mouvement littéraire: le Réalisme avec Le père Goriot, le Romantique avec Le Lys dans la vallée, le Philosophique et le fantastique avec La peau du chagrin. Sa vie privée l'influence dans son oeuvre. En effet, Laure de Berny qui est non seulement son amante, mais aussi une personne qui lui tiendra lieu de mère, d'initiatriceau monde, et de soutien financier, est le modèle des femmes dans son oeuvre. Elle est représenté comme une femme d'un certain age qui aime les jeunes hommes dans: Le Lys dans la vallée, Les Illusions perdues, Annette et le criminel, Le Colonel Chabert et enfin Wann Chlore.
Le texte «L'odeur de Pension» extrait de Le Père Goriot a été écrit en 1835 par Honoré de Balzac. Il s'agit d'unedescription de la apparemment désagréable pension, et de la propriétaire des lieux: Mme Vauquer.
On pourra en premier lieu s'intéresser à la description précise des lieux et des personnages , puis en second lieu nous analyserons les points commun entre Mme Vauquer et son environnement.
Quels procédés Balzac utilise t-il pour décrire l'atmosphère de la Pension ?

Dès le début du texte,l'odeur de la première pièce est décrit: «Elle sent le renfermé, le moisi, le rance; elle donne froid, elle est humide au nez, elle pénètre les vêtements; elle a le goût d'une salle où l'on a dîné; elle pie le service, l'office, l'hospice» (l.3 et 4). C'est une gradation qui permet d'en apprendre plus sur elle au fur et à mesure. Le pronom «elle» qui se réfère à l'odeur est répété 5 fois, ce quipermet d'insister et de mettre en évidence chaque détails. Nous pouvons interpréter l'allitération «le service, l'office, l'hospice» (l.4) comme la marque du mélange de différentes odeurs «nauséabondes» (l.5) qui ferait allusion à l'odeur du chaos. Malgré tout, cette idée est mit en antithèse plus tard car il est dit plus tard que tout cela n'est rien en comparaison à la salle à manger. Le champlexical de l'odeur est présent: «sent» (l.3), «nez» (l.3), «nauséabondes» (l.4), «parfumé» (l.7), «respire» (l.31).
Balzac fait intervenir plusieurs fois le lecteur en le désignant par le pronom personnel «vous» qu'il cite quatre fois (l.8, 14, 34). Puis il s'adresse une autre fois à celui ci: «il faudrait en faire une description qui retarderait trop l'intérêt de cette histoire, et que lesgens pressés ne pardonneraient pas» (l.21 et 22 ), «les gens pressés» désignant une partie des lecteurs. Nous pouvons d'emblée remarquer qu'il s'agit du registre didactique. L'auteur utilise le pronom «vous» aussi pour introduire une description, il donne de cette manière l'impression au lecteur de se situer vraiment sur place et de visiter. Dans l'énumération: «Un baromètre à capucin qui sort quandil pleut, des gravures exécrables qui ôtent l'appétit, toutes encadrées en bois verni à filets dorés; un cartel en écaille incrustée de cuivre; un poêle vert, des quinquets d'Argand où la poussière se combine avec l'huile, une longue table couverte en toile cirée assez grasse pour qu'un facétieux externe y écrive son nom en se servant de son doigt comme de style, des chaises estropiées, de petitspaillassions piteux en sparterie qui se déroule toujours sans se perdre jamais, puis des chaufferettes misérables à trous cassés, à charnières défaites, dont le bois se carbonise» l'auteur cherche à donner une impression de fouillis qui pourrait encore une fois se référer au chaos.

Mme Vauquer est décrit par Balzac de manière péjorative, exprimée par l'ironie. Elle porte une perruque,qu'elle a «mal mis» (l.27) sous un «bonnet de tulle» (l.27), une dentelle peu couteuse qui met donc en évidence sa classe sociale. Elle porte des «pantoufles grimacées» (l.28), métaphore qui exprime la vieillesse de ses pantoufles. Elle est à deux reprises comparé a des animaux: dans l'expression «un nez à bec de perroquet» (l.29) que l'on pourrait interpréter de deux différentes manières. Nous...
tracking img