La perversion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1788 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA PERVERSION

Définition :

Au départ le mot désigne des déviations des pratiques sexuelles.

La perversion sexuelle est une conduite sexuelle déviante dans laquelle le partenaire n’est pas considéré comme une personne, mais simplement comme un objet nécessaire à satisfaction sexuelle et vis-à-vis duquel une vive hostilité est ressentie.

Le problème essentiel de la définition est quecelle-ci est variable selon les époques, la culture, la religion, les lois... (ex : l’homosexualité ne fait plus partie des perversions).

Par extension, le vocable pervers peut s’utiliser pour une personne sans comportement sexuel inhabituel, mais pour lequel le mode de jouissance repose sur la souffrance, l’humiliation, l’instrumentalisation de l’autre (registre de la perversion morale ounarcissique). Il existe un déni de l’autre dans son identité, sa personnalité. Ici, ce sont la domination et la disqualification du Moi d’autrui qui sont recherchés.

Pour certains, il s’agit d’un fonctionnement différent de celui de la névrose et de la psychose. On parle « d’organisation » ou de « structure » perverse différente des perversions-paraphilies qui peuvent exister sans structure perverse.Les perversions sexuelles :

Il s’agit d’un comportement sexuel :

• Inhabituel (insolite, bizarre, rompant avec les pratiques admises)

• Partiel (ne vise que la jouissance sans limite)

• Exclusif (le sujet ne peut obtenir de plaisir autrement)

• Réduisant le partenaire à un objet (instrumentalisation)

Le problème essentiel est celui de « l’anormalité » ducomportement au regard de la morale.

La personnalité perverse :

Elle est caractérisée par :

• L’impulsivité

• La cruauté

• L’inaffectivité

• L’amoralité

• L’asociabilité

• L’inéducabilité

Même s’il existe des caractéristiques commune à la psychopathie, elle s’en différentie car les pervers évitent de faire parler d’eux et ils contournent/détournent laloi avec plus de ruse et de sang froid.

Pour Hurni et Stoll, le profil de personnalité perverse est redoutable. Le pervers est dénué de valeurs autres que celles se rattachant à son propre intérêt, il se présente comme un véritable rapace dans la relation. Il peut se nourrir d’un malheur qu’il parvient à instiller aux autres, soit en eux, dans leurs psychisme, soit dans de nombreux conflitsqu’il réussit à tisser entre différents partenaires. Pour combler son vide interne, il agite en authentique « vampire » de la libido sexuelle ou narcissique des autres, en semant la confusion par la séduction et l’emprise qu’il mettra dans la relation.

Le pervers sexuel se caractérise par :

• Absence de conflictualisation apparente

• Absence de culpabilité

•Faiblesse de l’élaboration psychique

• Difficulté d’utiliser la parole comme voie de décharge de l’excitation

• Importance de la décharge des pulsions

• Mise en acte

• Fonctionnement par clivage

• Le fait que les scénari de mise en acte soient infiltrés d’éléments de scènes primitives violentes et sadiques où la mère est ressentie comme ayantun rôle actif.

Perversion/perversité :

Attention, il existe un problème de vocabulaire entre les termes « perversion » et « perversité » qui portent à confusion :

• Perversion : renvoie en clinique à des conduites agies

• Perversité : a trait à un contenu moral comme la cruauté d’un sujet, son plaisir à faire, consciemment, du mal à autrui. Evoque autant les perversionssexuelles que narcissique. Pas besoin d’être érogène, il y est question de « nier l’existence de l’objet, de le tenir pour rien pour l’invalider, de le déprécier, de le dégrader ou de l’avilir, bref de le chosifier » (Mynard).

Est pervers ce qui détourne une loi, une règle, un fonctionnement (physiologique), un processus pour un surplus de plaisir, de jouissance parfois à l’insu du sujet lui-même....
tracking img