La peste de 1348 (chronique jean de venette)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1940 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La peste de 1348

Ce texte est une chronique écrite par Jean de Venette, chroniqueur français du XIVe siècle. En 1339, il est prieur du couvent de l'Ordre du Carmel (ordre religieux catholique) à Paris et devint supérieur de cet ordre pour la France de 1341 à 1366. Ses chroniques lantines, ouvrages duquel est extrait notre document, couvrent les années de 1340 à 1368, et sont publiées commesuite des chroniques de Guillaume de Nangis, historien bénédictin de Saint-Denis du XIIIe siècle, puisqu'il a écrit l'une des chroniques latines dite chronique latine de Guillaume de Nangis, de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368. Jean de Venette est par ailleurs un témoin important de la peste qui s'est abattue en 1348 en France. Il décrit de manière précise lesaspects de la maladie dans ses chroniques.
Le terme « peste » vient du latin « Pestis » qui signifie « épidémie » et plus généralement « fléau ». C'est en 1348 , durant le règne de Philippe VI, roi Valois, que le fléau de la peste s'abat sur une France appauvrie, essuyant disettes et famines et s'inscrivant dans une guerre contre l'Angleterre, avec ces violences, ces meurtres et ces brigandages.C'est donc un pays, une population épuisée qui va devoir faire face à un nouveau malheur. Par sa position d'extrême sur l'échelle du mal, le fléau de la peste a longtemps été mystifié et à entraîner par là même de nombreuses tensions, conflits religieux comme nous le verrons au cours de ce commentaire. Par sa force de destruction, elle a aussi anéanti des populations entières, touchant jeunes,vieux, enfants, hommes, femmes sans distinction. Jamais auparavant un tel cataclysme ne s'est manifesté sur une si grande échelle et avec une telle violence, modifiant parfois les comportements sociaux, ces règles et ces hiérarchies.
Comment par sa violence, sa soudaineté et la rapidité de sa propagation, la peste a pu causer une telle dépression démographique et changer le paysage social de cetteFrance du milieu du XIVe siècle ?
Tout d’abord, nous verrons la peste comme épidémie ravageuse. Puis, nous étudierons la dimension proéminente de la religion. Enfin, nous observerons les conséquences sociales et économiques.

I) La Grande peste : une épidémie ravageuse.

Jean de Venette présente dans sa chronique, à la ligne 1 que la peste touche le monde entier par sa rapidité fulgurante etdévastatrice.

A) Un fléau incontrôlable.

A la ligne 1, "le monde entier fut frappé", en effet, la peste se diffusa rapidement à travers l'Europe dont Jean de Venette en présente le cheminement de la ligne 28 à 32.
Tout commence en Septembre 1347, des bateaux génois venus de Caffa abordent à Messine, en Sicile, et l'on se rend bien vite compte que parmi les marchandises, ces bateauxtransportent la mort. Ils sont rejetés de Messine, puis de Gênes, ils tentent d’accoster à Marseille en Novembre, mais c'est déjà trop tard. Messine, Gênes, Marseille, Majorque peu après, sont autant de foyers d'où la peste se répand rapidement le long des axes de communication : Arles, Aix, Avignon sont touchés avant la fin de 1347.
Puis le Languedoc, Perpignan, l'Espagne, Toulouse et la vallée de laGaronne; Bordeaux est touché en Juillet 1348, par la voie maritime, la maladie gagne la Normandie et l'Angleterre. A l'est, la Provence, au nord, par le couloir rhodanien, Lyon, Chalons, et Paris (en Août) sont à leur tour contaminés. La vitesse de propagation de la peste est incontrôlable par la population qui en subissent les conséquences de ce fléau foudroyant.

B) Un fléau foudroyant.

Ala ligne 12, Jean de Venette décrit la rapidité à laquelle, la peste, tue les individus soit trois jours. Un temps d'incubation relativement court. Nous avons également, aux lignes 14-15, la description d'une forme de la peste. La peste est provoquée par un virus dont le rat est porteur sans en être lui-même affecté. Il se transmet à l'homme par un parasite commun aux deux espèces à cette époque...
tracking img