La peste est-elle une abstraction ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1020 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Camus dans son roman la peste écrit avant la seconde guerre mondiale nous parle d’une maladie qui touche un grand nombre de personne et un critique contemporain affirme : « Dans le roman, la peste est présentée comme une abstraction ». L’abstraction est le fait de ne pas tenir compte de quelque chose, c’est ignorer, écarter, exclure, laisser de côté, négliger et omettre un fait qui est réel.Voilà pourquoi nous pouvons nous demander si la peste est une abstraction ?
Pour répondre à cette question nous allons étudier le problème posé sous deux angles différents en justifiant et d’autre part en réfutant l’affirmation du critique.

Dans un premier temps nous pouvons dire que la peste est une abstraction car elle est irréelle.
En effet le père Paneloux nous le démontre très bien grâce àson tout premier prêche. Pour commencer il utilise une personnification pour décrire la peste puisqu’il dit « Voyez-le, cet ange de la peste, beau comme Lucifer et brillant comme le mal lui-même, dressé au-dessus de vos toits, la main droite portant l’épieu rouge à hauteur de sa tête, la main gauche désignant l’une de vos maisons » (p.93). Il jette la faute sur les citoyens de Oran en affirmant quec’est une punition divine que Dieu leur envoient « Voilà pourquoi, fatigué d’attendre votre venue, il a laissé le fléau vous visiter comme il a visité toutes les villes du péché depuis que les hommes ont une histoire » (p.93). Le père ne veut pas croire en la maladie, de plus le narrateur le montre en théâtralisant la scène « Paneloux tendit ici ses deux bras courts dans la direction du parvis,comme s’il montrait quelque chose le rideau mouvant la pluie » (p.93). A travers ce personnage on voit bien que la peste ne peut être réalité et qu’il y a forcement une explication que lui nous dit religieuse.
De même que Rambert, qui n’est qu’un journaliste qui se retrouve prisonnier du fléau. Il est dépassé par les évènements qui arrivent, il voit que la maladie ne fait qu’avancer et il saitqu’elle ne reculera pas. Il se rend compte que tous ses morts ne sont plus Mr ou Mme mais que ce sont juste des corps. Effectivement le narrateur utilise le mot « corps » pour ne pas donner d’identité aux personnes qui périssent chaque jour « Hâtivement, les corps étaient jetés dans les fosses » (p.164). Le fait d’utiliser ce mot rend les choses moins réelles et parallèlement rend la peste abstraite.Par ailleurs nous pouvons justifier l’affirmation du critique grâce au bain de mer que les deux amis Rieux et Tarrou prennent. En effet le fait d’aller nager alors que des morts se font de plus en plus nombreux est irresponsable pour un médecin mais d’un côté il rend la maladie abstraite car le docteur qui se bat contre elle, l’oublie l’espace de quelques heures et en tant que lecteur ont lanéglige. Les deux hommes peuvent revivre « Il respira longuement » (p.231).
La peste est bel et bien présentée comme une abstraction car elle peut être une punition de Dieu, elle ne tue que des corps et on arrive à l’oublier. Cependant la peste est réelle et Tarrou et Rieux le savent « La maladie venait de les oublier, que cela était bien, et qu’il fallait maintenant recommencer » (p.232.)

Dans unsecond temps nous allons réfuter l’affirmation du critique, car la peste n’est pas une abstraction.
En effet le personnage du docteur Rieux nous le montre car depuis le début de la maladie il se bat dans une lutte acharnée pour gagner. Puisqu’il va soigner les malades qui sont contaminés, il prend des mesures pour faire fabriquer un sérum qui soignera tous les malades. Le fait qu’une personne estlà pour combattre la maladie rend la peste concrète car on ne peut essayer de gagner un combat difficile et inégal contre quelque chose que l’on veut être une abstraction. On peut même d’une certaine façon dire que Rieux empêche certaines personnes de voir la maladie comme une abstraction.
De même que le nombre de morts qui ne cesse d’augmenter rend la maladie réelle. On ne peut nier un...
tracking img