La peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

L’époque à laquelle vivait Louis XIV était une monarchie absolue. Jean de La Fontaine, poète et écrivain durant cette période, ne cesse de lutter contre ce régime par l’intermédiaire de fables censées éduquer le successeur du trône. Les fables mettent en scène des personnifications, des personnages pour dissimuler le but premier de ces dernières. « Le Statuaire et la Statue deJupiter » du Livre IX (sur XII), fable 6 de Jean de La Fontaine dénonce la condition artistique. Comment Jean de La Fontaine nous montre-t-il, à travers les fables, le mensonge de l’illusion artistique ? Dans un premier temps, nous verrons que la fable est mythologique, puis, nous observerons la moralité de cette dernière.

INTRODUCTION

De La Fontaine, auteur du XVIIème siècle, nous connaissonssurtout Les Fables. Or le poète a touché à tous les genres : au conte (Contes et nouvelles en vers), au roman (Les Amours de Psyché et de Cupidon), à la poésie (Adonis). Riche de ce travail éclectique/ pluriel et nourri de l’œuvre d’Ésope, La Fontaine déploie tout son talent inventif/créateur dans ses fables. Sous prétexte de mettre ces histoires « sues de tous » en vers, il renouvelle le genre enles égayant[1]. En ce sens, la fable 6, du livre IX[2], « Le Statuaire et la Statue de Jupiter » marque toute l’importance du travail artistique autour des thèmes du mensonge et de la vérité : un artiste est admiratif, puis effrayé du résultat probant/ authentique de son œuvre. C’est pourquoi, nous nous demanderons comment La Fontaine dénonce, au travers de cette fable, le mensonge[3] véhiculépar l’œuvre d’art.

Après avoir envisagé l’aspect plaisant du détour employé grâce à la fable, nous observerons sa dimension critique pour mieux explorer sa visée didactique.

I Une fable mythologique

En effet, cette fable est construite en neuf quatrains d’octosyllabes et apparaît bien structurée :

- les strophes 1 à 4 permettent à La Fontaine de détailler l’exemple

- la strophe 5,strophe centrale, assure la transition avec les réelles intentions du fabuliste

- les strophes 6 à 9 délivrent le commentaire de la morale.

a. Le modèle de la mythologie grecque :

➢ Critique de l’absence de religion et le fait d’avoir plusieurs dieux : « Erreur païenne » (v.28). Il critique les grecs de croire en plusieurs dieux plutôt que de croire en un seul Dieu unique.

Il seréfère alors au poète inventeur des Dieux (Des Dieux dont il fut l’inventeur, vers 19), c’est-à-dire à Homère, le plus ancien poète grec connu, auteur de la Théogonie, généalogie des dieux, et donc leur inventeur littéraire. Ainsi, plusieurs références renvoient à cette époque et à l’homme en général :

➢ Les noms propres Jupiter (vers 12), Pygmalion (vers 31) et Vénus (vers 32)

➢Le vocabulaire technique utilisé : marbre (vers 1), Statuaire (vers 2) qui est un mot copié sur le latin et peu en usage au XVIIème siècle, Idole (vers 10).

➢ Les majuscules des noms de métiers : Statuaire (vers 2), Artisan (vers 9), Ouvrier (vers 13), Sculpteur (vers 17), Poète (vers 18).

b. L’absence d’une période idéale :

Si La Fontaine se réfère à la mythologie grecque, il nel’idéalise cependant pas. Ainsi :

➢ La réaction de on (vers 11, 13 et 15) est grossière et caractérisée par la formule populaire : il ne manquait rien/ À Jupiter que la parole (vers 11-12)

➢ Champ lexical de la peur : « Tremblez », « frémir », « redouter », « craignant », … Le statuaire a peur de sa création. Il est incertain quant à l’utilité de sa statue.

➢ Certains hommes nepensent qu’à leurs créations : « n’ont l’âme occupée », …

➢ La Fontaine parle de Jupiter en disant qu’il est le dieu sur la Terre et de la foudre dans la mythologie Grecque.

1. Une anecdote plaisante

1. Qui prend appui sur un modèle mythologique.

➢ Passé simple domine ( deux histoires sont mises en parallèle : le récit de Pygmalion et Galatée (vers 29-32) vient illustrer...
tracking img