La petite fille de monsieur linh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1619 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Petite fille de Monsieur Linh

Ce livre est l'une des oeuvres de Philippe Claudel.
Le livre de Poche.

L'histoire se déroule principalement dans l'une des villes accueillant les émigrés des pays voisins, dans les centres d'accueil, près d'un banc en face du parc et à l'intérieur d'un château. Le récit se passe sur une durée de 2 à 3 semaines. Le personnage principal de l'histoire estMonsieur Linh, un homme âgé d'une soixantaine d'années, calme, affectif et possédant un amour fou pour la fille de son fils. Tout à commençait, un matin où son jeune garçon, sa belle fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année là, la guerre faisait rage, et le soir, lorsque l'attente de leur arrivée, se fit longue, Mr Linh, les vit indemnes, allongés sur le coté d'uncratère causé par un obus. A coté d'eux, se trouvait leur fille, Sang diû, ce qui signifie dans la langue du pays « Matin doux ». Le vieil homme prit l'enfant et partit à jamais de ce pays. Il se rendit alors, dans un bateau, transportant des immigrés, qui se rendait dans un pays voisins. L'homme, avait emmené avec lui, un sac de terre, ses habits et une photographie. A l'arrivée, une jeune fillel'accueilla, et l'emmena dans un des centres pour émigrés. A l'intérieur, la chaleur était bonne, il y avait des tables, des chaises, un dortoir propre et spacieux où deux hommes accompagnés de leur femme et de leurs enfants, passent leur temps en jouant à un jeu de go. Après, quelques jours, l'homme sage, décide de se rendre, dehors, ne quittant jamais le trottoir, pour ne pas se perdre. Il arriva surun banc, où il fit la connaissance de Monsieur Bark, bien que monsieur Linh ne comprenait pas un mot de ce que disait son interlocuteur, cela le rendait heureux de pouvoir discuter et écouter un ami. Bark, était un grand fumeur, mais la fumée que dégageait ses cigarettes, donnait une odeur que monsieur Linh appréciait. Le lendemain, le vieil émigré, demanda à son traducteur, s'il pouvait avoir unpaquet de cigarettes, le guide ne paraissait d'accord. Les jours passèrent, l'homme s'en allait souvent rencontrer son ami, il lui faisait présent chaque fois, de ses cigarettes obtenues le matin. Monsieur Bark, parlait la plupart du temps, il avait une femme qui tenait le manège dans le parc en face. Ils n'avait pas d'enfant, elle l'avait rendu veuf. La petit Sang diû, était calme, elle nepleurait jamais, ce qui était peu commun pour les enfants de son âge, monsieur Linh, prenait soin d'elle. Un matin, lorsqu'une dispute entre les deux hommes qui jouaient à leur jeu, le vieil émigré, partit voir celui qui l'empêchait de sombrer dans la solitude. Comme toujours, son offrande rendait de bonne humeur Monsieur Bark. Ce jour là il l'emmena dans un bar, ou dans le passé, sa femme et lui yallait. Ils sirotaient un cocktail. Monsieur Bark, lui présentait beaucoup d'endroit comme la mer. Soudain, lorsque ils était allongé sur le sable, Bark, se confessa. Il avait fait la guerre, dans le pays natal de monsieur Linh, il n'était qu'un gosse de 20 ans à qui l'on avait ordonné de semer la mort avec leurs fusils, leurs bombes leurs grenades... Son ami pleurait, Monsieur Linh l'écoutaitattentivement, et dans un geste d'amitié, il tenta de l'entourer de son bras, l'épaule de son ami. Le jour suivant, Monsieur Bark invita son ami dans un restaurant quand son ami lui donna un paquet. Émus, il l'ouvrit et découvrit que ce qui se trouvait dedans n'était pas pour lui. En effet, c'était une robe blanche, cousue à la main qui allait faire de la petite fille, une jolie princesse. Le lendemain,la femme du quai arriva au dortoir avec la jeune interprète tandis que monsieur Linh s'apprêtait à sortir pour aller rejoindre son ami. Elles l'emmenèrent passer une visite chez un médecin, triste et inquiet à la fois, le vieil homme, emmena sa petite fille vêtue de la jolie robe de son ami. Il monta dans une voiture qui l'éffraya. Le médecin, était un homme jeune et grand. Il lui demanda son...
tracking img