La petite maison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La petite maison
Jean François de Bastide
1753

Jean François de Bastide est un auteur polygraphe, né en 1724, et décédé en 1798. C’est en 1753 qu’il écrit La petite maison, une nouvelle appartenant au genre du roman libertin. Il nous y conte l’histoire de Trémicour, un marquis cherchant à séduire Mélite. Celle-ci, bien que repoussant ses avances accepte tout de même de visiter lapetite maison que possède le libertin.
L’extrait que nous allons étudier se situe dans la seconde partie de l’œuvre. Trémicour fait entrer celle qu’il convoite dans le cabinet de jeu de la maison. Il tente en fait, et malgré les réticences de la jeune fille, de la séduire en lui exposant ses richesses et son bon gout pour la décoration. Au cours de cette étude, nous verrons les procédés littérairesutilisés pour faire de la beauté du lieu un instrument de séduction.
Dans une première partie nous analyserons l’entrée de Mélite dans le cabinet, puis dans un second temps nous verrons que le cabinet de jeu de la petite maison joue un véritable rôle de musée, au service de la séduction. Enfin dans une troisième et dernière partie, nous observerons comment cette jeune fille cède au piège que lui atendu le marquis.

Cet extrait commence par la phrase : « Ils étaient déjà dans le salon. ». L’adverbe « déjà » souligne une perte de temporalité. Mélite perd la notion du temps au fur et à mesure qu’elle s’engage toujours plus profondément dans la petite maison. Trémicour, déjà a ce stade a une certaine emprise sur elle. C’est lui qui la dirige ou bon lui semble car il est ici dans sonunivers. Le rapport de force qu’il y a entre les deux personnages commence à lui être favorable. C’est lui qui « mène la danse », et il est de plus en plus dur pour elle de résister. Le cabinet de jeu prend alors le rôlr d’un piège, dans lequel la jeune femme est forcée de se jeter : « Trémicour en ouvrit une des portes et elle entra d’elle même dans un cabinet de jeu ».
Mélite paraît cependantdistante au début de cet extrait. Elle est méfiante et dès qu’elle entre, elle se précipite vers la première issue envisageable : « les fenêtres étaient ouvertes, Mélite s’en approcha après avoir donné quelques coups d’œil à l’appartement ». Elle a pleinement conscience qu’elle sombre peu à peu dans le piège tendu par Trémicour, sans pour autant pouvoir s’en défaire. Elle paraît comme prisonnière decette petite maison. De ce fait, elle éprouve de la nostalgie en regardant le jardin : « elle revit peu être avec plaisir le lieu d’où elle venait de s’arracher ». « Arraché » est un mot fort, qui sous entend la difficulté qui fut pour elle de sortir de ce dangereux jardin, pour en fait s’enfoncer toujours un peu plus dans le piège. Ce jardin qui, plus tôt dans le récit lui paraissait être synonyme dedanger est à présent une vision agréable qu’elle regrette. En effet les deux lieux sont opposés. Le jardin est un espace ouvert, donc rassurant par rapport au cabinet de jeu qui lui est un espace clos, lequel est « contrôlé » par Trémicour :
« Avouez lui dit-il méchamment que ce coup d’œil est très agréable : voilà l’endroit où nous étions tout à l’heure. Ce mot la fit rêver… ».
Face à cettedistance qu’elle s’efforce de préserver entre elle et ce séducteur prêt à tout pour arriver à ses fins, Trémicour perd son sans froid : « Avouez lui dit-il méchamment », menaçant de faire retourner le rapport de force entre les deux personnages, ce qui heureusement pour lui n’arrivera pas.
Mélite continue de se comporter de manière distante face au marquis, et lui répond de manière sèche :
« -Jene conçois pas, reprit-il, comment vous ne vous y êtes pas arrêté plus longtemps… Toutes les femmes qui s’y sont trouvées ne pouvaient plus en sortir.
-C’est qu’elles avaient d’autres raisons que moi pour y rester répondit Mélite ».
Il fait alors mine de baisser les bras, de s’avouer vaincu, et de sous entendre qu’il n’a pas de mauvaises intentions concernant la jeune fille, afin de pouvoir...
tracking img