La petite oie blanche de neuilly

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1874 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA PETITE OIE BLANCHE DE NEUILLY… »

Depuis l’infantile, l’infans, jusqu’à l’être-femme à travers les personnages féminins dans l’œuvre de Marguerite DURAS.
A la page 211 du Vice-consul, apparaît Nicole COURSEULES (qui, comme son patronyme ne l’indique pas, ne sait pas courir seule). Le Vice-consul dit d’elle : « … la petite oie blanche de Neuilly… »
QU’EST-CE QU’UNE PETITEOIE BLANCHE DE NEUILLY ?
Oie : oiseau palmipède, ansériforme, au plumage blanc ou gris, au long cou, dont une espèce est depuis très longtemps domestiquée.
Synonymes : bécasse, bécassine: 1.oiseau échassier
2. jeune fille sotte, nigaude, niaise (Niais : qui n’est pas encore sorti du nid)

Blanc : neige, lait, pétale, virginalComme l’on dit de certaines jeunes filles, pas toutes, ce sont de jeunes oies, puis l’on rajoute blanches, voire de Neuilly. Pourquoi ?
Est-ce pour la taille du cerveau ?
Pour la réputation de gardiennes qui les suit depuis le Capitole (les vestales, vierges gardiennes du feu sacré ne sont pas loin) ?
Est-ce pour le gavage, se faire dévorer le foie n’est plusuniquement un supplice prométhéen mais un moyen traditionnel de s’accaparer les vertus de l’ennemi vaincu ?
Pour le plumage dont on fait du matériel d’écriture et de la garniture d’édredon ?
Est-ce pour les formes courbes ?
Pour ce dandinement si particulier dans la marche lorsque le bassin commence à s’élargir ?
Est-ce pour cette ancienneté acquise dans la domesticité ?

Neuilly ?Plutôt les beaux quartiers où logent les bonnes familles. Elle est donc de famille aisée et habite les quartiers cossus. Pour quelles raisons avouables la jeune fille nantie est-elle recherchée, recommandée, retenue, choisie (fallait-il en passer par l’examen des dents et la palpation des chairs, ce n’est pas dit en toutes lettres mais cela court sous l’encre)
Souventpour faire une union, un bon mariage, c’est à dire une alliance où il entre plus de raisons sonnantes que de sentiments trébuchants.
Elle épouse un magistrat, un diplomate, ici le Vice-consul de Lahore. Il lui fait peur et un enfant dans la première année de son mariage. Elle vit sa grossesse alitée en liseuse rose, les joues également roses et les ongles pâles. Elle lit PROUST car son entouragequi ne l’a jamais même seulement feuilleté vit dans les idées convenues et en ignore donc toute la puissance subversive le croyant édulcoré, de bon ton, soporifique et lénifiant. En un mot approprié.
Approprié pour une jeune fille attendant son premier enfant dans l’ignorance complète de ce qui lui arrive. A savoir comment son utérus se trouve ainsi soudainement rempli et comment elle va bienpouvoir s’y prendre pour le vider le moment venu.
Une innocence mariale où frissonnent quelques appréhensions tandis que ses seins deviennent épais et encombrants.

La jeune oie blanche de Neuilly, l’hymen déchiré et la naïveté intacte, est entourée de gens ayant la foi. Elle-même, dans son infantile confiance aveuglée (abusée) va croire, les paupières closes, comme une enfant.Même vieillissante, elle reste enfant, toujours dépendante de ceux qui vivent autour d’elle, qui s’occupe de tout en la maintenant à l’écart des affaires du monde, affaires auxquelles elle ne peut de toute façon que ne rien comprendre.
Elle ne sera pas laide en robe du soir.
A la page 209, ses enfants, pensionnaires en casquette bleue-marine la regarde, endimanchée traverser ledimanche sans fin.
A la page 36, elle s’appelle Anne-Marie STRETTER et traverse le parc vers les tennis déserts dans la lumière crépusculaire.
Elle traverse.
Elle était mariée avec l’administrateur colonial et la rencontre inopinée du désir pris pour de l’amour pour un deuxième homme sera la passerelle qui la mènera à épouser un troisième homme, l’ambassadeur de France à Calcutta.
A la page...
tracking img