La philosophie est-elle superflue ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1683 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le statut de la philosophie a évolué au fil du temps. Regroupant au départ toutes les sciences, elle s'est peu à peu vidée de tous ses domaines. La plupart des questions les plus fréquemment posées par l'homme ont une science qui leurs sont consacrées, il ne reste rien à la philosophie ou du moins, rien qui puisse apporter quelque chose comme peuvent le faire les sciences. Ainsi, nous pouvonsnous demander si une discipline comme la philosophie, qui apparaît vraisemblablement comme obsolète, ne serait pas une gène et si à force de s'être dépouillée de tout ce qui la constituait, elle n'en serait pas devenue superflue ?
Avant de répondre à cette question nous allons nous demander pourquoi est-ce que la philosophie serait superflue et bien sur pourquoi ne le serait-elle pas. A la suite dequoi nous serons en mesure d'apporter une réponse ainsi que d'expliquer le pourquoi.

La philosophie désigne un effort pour atteindre un savoir désintéressé, des connaissances qui n'auraient pas d'utilité directe; c'est aussi l'espoir que cette connaissance puisse servir à quelque chose de juste.
La philosophie est donc un effort, une concentration de force physique ou, comme c'est ici le cas,morale en vue d'atteindre un but. Cette définition sous-entend que ce but n'est jamais atteint, que la philosophie n'est qu'une série de tentatives cherchant à atteindre un savoir désintéressé. Or, l'adjectif désintéressé s'applique à un objet qui n'est pas préoccupé par son intérêt personnel, qui n'agit pas dans son intérêt. Le but de la philosophie est donc d'atteindre un savoir qui neservirait aucun intérêt, du moins pas directement puisque la philosophie désigne aussi l'espoir que cette connaissance désintéressée puisse servir quelque chose de juste, donc dans l'intérêt de tous. Mais l'espoir relève de l'imaginaire, de ce qui pourrait arriver et rien ne garantit l'utilisation qui se sera faite de ce savoir, si tant est qu'il sera un jour découvert.
La différence qui existe entrel'inutile et le superflu est que l'inutile ne rend pas service, ne sert à rien tandis que le superflu est en plus en trop. Alors, même si la philosophie est la recherche d'un savoir inutile, peut-elle être utile ?
Ainsi, si elle se définie elle même comme étant inutile, il est impossible de mettre cette idée en doute et reconnaître l'inutilité de la philosophie n'est pas un jugement de valeur ouune quelconque prise de position mais bien une constatation.
Car l'homme a des besoins vitaux qu'il doit assouvir et qui doivent passer avant toute chose - le plus important d'entre eux étant de pouvoir se nourrir – et la philosophie ne l'aidera pas. Au contraire, elle peut même devenir gênante, en trop, devenir superflue. A titre d'exemple, un fermier pauvre vivant dans un pays défavorisé quidoit consacrer toute son énergie à produire de quoi se nourrir ne pourra pas perdre son temps à tenter d'accéder à un savoir onirique qui n'aurait aucun intérêt pratique.
Néanmoins, il est important de remarquer qu'il ne s'agit pas simplement d'opposer travail manuel et travail intellectuel. Les mathématiques ne travailleront pas la terre à la place du fermier, mais ils pourront lui permettre,par exemple, d'ériger un système de canaux proche de l'aqueduc pour acheminer plus rapidement l'eau à son champ. Les mathématiques servent ici l'intérêt de l'homme la ou la philosophie n'amène à rien de concret.
Donc, la philosophie ne peut être utile étant donné qu'elle ne permet pas à l'homme de satisfaire ses besoin les plus importants, par conséquent elle en devient même superflue.

Nousavons vu que dans le cas de l'homme qui devrait avant tout se consacrer à ses besoins primaires que tout ce qui ne pourrait pas l'aider à sa tâche, tout ce qui ne servait pas ses intérêts était superflu et que par conséquent, l'inutile devenait superflu.
Néanmoins, tous les hommes ne sont pas dans ce cas de figure et il existe une grande proportion d'hommes pour qui les besoins vitaux sont...
tracking img