La piraterie en somalie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4671 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Aujourd’hui, le commerce maritime représente la majorité du commerce mondial. Cependant, la mer devient un endroit des plus dangereux, en particulier pour les navires de commerce, régulièrement victimes d’attaques de pirates.

Ainsi depuis 2008, gouvernements et opinions publiques s’inquiète de l’explosion de la piraterie maritime notamment au large de la Somalie.Selon le Monde, 42 vaisseaux ont été capturés et 815 marins ont été retenus en otage en 2008. Si la piraterie maritime n’est pas un phénomène récent le long de la Corne de l’Afrique, elle a cependant atteint une ampleur considérable depuis quelques mois et il y a une volonté de la communauté internationale de vouloir éradiquer cette pratique.

En effet, ces dernières années, un pavillon noirvoile la planète bleue. Mais cette menace qui perdure depuis des années a toujours accompagné le commerce maritime. La piraterie a toujours été présente dans les échanges maritimes qui supportent un phénomène de mondialisation. Les pirates rappellent en effet le poids de la mer dans l’économie : en 2007, 90 % des importations étaient chargées sur des bateaux contre 1 % sur des trains. En 2001, unetonne équivalant au pétrole permettait de transporter, pour un kilomètre parcouru, 127 000 tonnes de marchandises par voie maritime contre seulement 6 000 tonnes par chemin de fer. Cette piraterie maritime a surtout lieux autour de la corne d'Afrique. Cette zone correspond à l'extrémité Est du continent africain. On y trouve la Somalie, pays en guerre civile, et qui dispose d'une côte maritimeimportante : 3 025 km et 200 milles nautiques d'eaux territoriales. Cette zone voit passer un trafic maritime important puisque l'essentiel du trafic entre l'Extrême-Orient, et l'Europe passe entre la corne de l'Afrique et la péninsule Arabique qui a vu le passage de 20 410 navires en 2007 (contre environ 18 000 passages en 2005) soit plus de 7,5 % du transport maritime mondial.

La piraterie autourde la corne de l'Afrique est une menace pour le transport maritime international depuis le commencement de la guerre civile en Somalie au début des années 1990. Depuis 2005 de nombreuses organisations internationales, l'Organisation maritime internationale (IMO) et le Programme alimentaire mondial notamment, ont exprimé leur préoccupation devant l'augmentation de la fréquence des actes depiraterie. En réponse à la fréquence de ces actes, des bâtiments militaires de plusieurs pays sont mobilisés. Ils sillonnent la zone et escortent certains navires. Au début des années 1990, les abordages se sont multipliés en mer de Chine, puis dans les détroits malais et plus épisodiquement dans les ports d’Asie du Sud.
Si aujourd’hui l’Indonésie a su sécuriser ses approches maritimes, la Somalie quantà elle, doit faire face à un accroissement de la piraterie le long de ses côtes.

Au fil des années, la piraterie maritime en Somalie est-t-elle devenue un fléau mondial ?

Après avoir présenté la piraterie et le Golfe D’Aden d’un point de vue géographique et stratégique, nous étudierons par la suite les grandes manœuvres opérées et les enjeux qui en découlent dans ce lieu propice à lapiraterie puis nous nous interrogerons sur les réactions de la communauté internationale face à cette pratique.

1. Le Golfe d’Aden au delà des pirates

La piraterie maritime concerne de nombreuses zones comme le Nigeria, avec 14% des actes recensés. L’Indonésie et l’Amérique du Sud quant à elles, sont depuis longtemps des zones privilégiées par les pirates. Mais depuis quelques années, leGolfe d’Aden est devenue le paradis des pirates somaliens. Ce phénomène est lié particulièrement aux caractéristiques de la région auxquels les pirates somaliens se sont adaptés.

1. La notion de piraterie maritime

« Celui qui pille avec un petit vaisseau se nomme pirate ; celui qui pille avec un grand navire s'appelle conquérant » dit un proverbe grec. Ce n’est pas exactement...
tracking img