La piraterie maritime

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2948 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La piraterie maritime : un nouvel enjeu mondial

I. Un phénomène nouveau en expansion

1) La mer : un nouvel enjeux du commerce mondial

Tout d’abord, si la piraterie peut susciter tant d’inquiétudes et de conséquences nuisibles pour les pays développés, c’est bien parce que la mer prend une importance croissantes dans les enjeux mondiaux. Sur 185 Etats membres de l’ONU en 1996, seul30 n’avaient pas accès à la mer et la moitié de la population mondiale vivait sur une bande de 50km le long des côtes. Non seulement les océans regorgent de ressources naturelles souvent vitales pour les populations côtières, mais de plus depuis 1945 le trafic maritime double tous les 10 ans : la « marinisation » des économies est évidente. Dans ce contexte, les océans représentent un enjeustratégique important dans lequel les détroits jouent un rôle crucial, comme par exemple le détroit de Singapour au sein duquel le trafic maritime a augmenté de 61/° entre 99 et 2007. L’importance de la menace pirate est donc intimement liée à l’importance croissante de la mer dans les échanges commerciaux et au phénomène croissant de la mondialisation qui intensifie ces échanges, et par la même occasionles opportunités de piraterie.

2) Qu’est-ce que la piraterie maritime ? (statut juridique, phénomène en expansion, lieux)

De fait après avoir été éradiquée fin XVIII siècle, la piraterie refait surface dans les années 1990 dans le détroit de Malacca, puis dans d’autres détroits stratégiques comme le golfe de Guinée, le canal de Suez… Le phénomène connaît des hauts et des bas : après avoiratteint en 2003 le pic de 445 attaques dans le monde, on en comptait 293 en 2008. Mais certain lieux stratégiques connaissent une hausse inquiétante du nombre d’attaques : ainsi en 2008 le nombre d’attaques dans le golfe d’Aden, au large de la Somalie, connaissait une hausse de 200/°  par rapport à 2007 !
Face à ce pb devant lequel ils ne pouvaient rester indifférents, les Etats concernés onttenté de définir la piraterie maritime moderne.
a) Statut juridique : Ainsi selon la convention de Montego Bay (1982) relève de la piraterie : « Tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation commis par l’équipage ou des passagers d’un navire ou d’un aéronef privé, agissant à des fins privées, et dirigé : contre un navire ou un aéronef, ou contre des personnes ou des biens à leurbord, en haute mer », mais si cette définition permet de séparer piraterie et terrorisme grâce à la mention des « fins privées », elle exclut les actes commis dans les eaux territoriales, elle fut donc complétée en 2001 par un autre article définissant le banditisme maritime en général.
Voila donc le cadre juridique par lequel les Etats appréhendent ce problème en expansion.
Ainsi les dirigeantssont de plus en plus sensible à ce phénomène qui relève moins du banditisme que d’une véritable entreprise organisée : loin de l’image romantique du corsaire, en quoi consiste donc la piraterie moderne que met-elle en jeu  ?

II. Un véritable enjeu mondial

a) Manifestations : Dans les faits les actes de piraterie relève moins d’une délinquance maritime que d’une véritable entrepriseorganisée, sous-tendue par des réseaux mafieux : une activité économique de première importance pour les zones côtières de certains failed state tels que la Somalie. Il existe selon le Bureau maritime international 2 types de piraterie, la piraterie classique consistant à rafler les effets personnels des passager et le contenu du coffre mais l’autre forme illustre mieux la spécificité de la pirateriemoderne : elle relève véritablement du crime organisé, les pirates s’emparent des navires, de la cargaison et de l’équipage avec des moyens ultra-modernes, en particulier des vedettes rapides transportées sur un navire amiral, le bateau mère. Il est d’une facilité déconcertante pour les pirates de maîtriser l’équipage non armé et de pénétrer dans un navire, souvent lent et bas sur l’eau, ne...
tracking img