La place de la famille dans la genèse de la délinquance. in : regards sur l’actualité, février. ed la documentation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Laurent Mucchielli (2001), La place de la famille dans la genèse de la délinquance. In : regards sur l’actualité, février. Ed La documentation française.

Aujourd’hui, on assiste à une inquiétude vis-à-vis des bouleversements de la famille contemporaine de la part de praticiens et de responsables administratifs qui agissent dans le domaine de la prise en charge éducative et de la politiquefamiliale.
A la même période, on assiste à une montée des inquiétudes sur la délinquance et l’augmentation de la violence dans la sté française qui sont des enjeux centraux du débat politico-médiatique.
Et les responsables politiques allient ces deux phénomènes, on parle de « démission » des familles.

La famille a-t-elle donc connu des évolutions qui accroissent ou redéfinissent la placequ’elle prend dans la genèse de la délinquance ?
 Rapport commandité par la Caisse nationale des allocations familiales à Mucchielli, qui doit permettre de répondre à cette question. Il soulèvera lui-même deux questions : la crise de la famille a-t-elle réellement une incidence sur la violence ? et comment il faut comprendre la question de la démission parentale ?

La dissolution familiale : uneinquiétude à relativiser
LA FAMILLE TRADITIONNELLE, L’EXCEPTION DES ANNEES 50.
Des propos alarmistes sont tenus quant à la démission parentale, or d’un point de vue historique ou sociologique, il faut relativiser cela.
En effet, cette démission est associée à une désinstitutionalisation du mariage et sur l’absence des pères. Mais, le modèle « idéal » de la famille nucléaire n’a en réalitéexisté que peu de temps (dans les 50’s) en terme statistique.

D’un point de vue démographique, il faut signaler que par exemple lorsqu’on regarde les familles parentales nombreuses, elles ne le seront que sur une période car elles vont déboucher sur des familles recomposées. Et c’est pour cette raison qu’il faut prendre en compte l’ensemble du cycle de vie.

Les femmes ont-elles « volé » lapaternité des hommes :
 NI LES FEMMES NI LES JUGES NE VOLENT LA PATERNITE DES HOMMES.
Quand on parle de familles monoparentales, il faut distinguer les situations :
- Les mères très jeunes : dans ce cas, généralement, la grossesse n’est pas désirée et l’enfant n’est pas reconnu par le père.
- Dans le cas du divorce par consentement mutuel, il est abusif de parler de vol de paternité dans lamesure où les parents sont d’accord sur la garde de l’enfant. D’autant plus que par la suite, la moitié des enfants voient régulièrement leur père.

Quant aux juges, de manière générale, quand on a recours à leur service, ils ne font que valider une décision déjà prise par l’audience de conciliation.

La sur-représentation apparente des enfants de famille dissociées :
 FAMILLE DISSOCIEE ETDELINQUANCE : UN RAPPORT TRES VARIABLE SELON LES ETUDES.
La famille dissociée produit-elle plus d’enfants délinquants que la famille non dissociée ?
Les résultats aux études menées pour répondre à cette question obtiennent des résultats différents selon les prénotions, la méthode et les indicateurs utilisés.
En effet, les études ne prenant en compte que les jeunes pris en charge par lajustice ne permettent pas de prendre en compte la corrélation entre famille dissociée et délinquance. Mécaniquement, on a plus d’enfants de famille dissociée si on traite seulement ceux comptabilisé par la justice que ceux qui avoue avoir eu un comportement délinquant dans une enquête.
Cet angle d’approche s’explique par la prénotion qui croit qu’un parent seul est moins capable d’élever un enfantcorrectement. Et de ce fait, on rencontre souvent ensemble les familles dissociée et la délinquance dans le même milieu.

La décision d’intervention des services sociaux est aussi liée à cela, on ne tiens pas seulement compte de la gravité des faits.

 LES MULTIPLES TYPES D’ABSENCES.
La famille dissociée correspond à l’absence d’un des deux parents. Mais, l’absence peut avoir diverses...
tracking img