La place de la femme dans la gouvernance locale au maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1116 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’étude sur « la place des femmes dans la
gouvernance locale au Maroc » : une riche
contribution au débat sur la réforme des élections
communales
Mettre en oeuvre une stratégie globale
tridimensionnelle pour lever les obstacles à la
participation des femmes à la vie politique locale :
telle est la principale recommandation de l’Etude
sur la place des femmes dans la gouvernance locale
auMaroc, réalisée dans le cadre du Programme de
gouvernance locale au Maroc (PGL) financé par
l’USAID et mis en oeuvre par le Research Triangle
Institute.
Aujourd’hui, la présence des femmes dans les
conseils municipaux est bien en deçà de leur
apport réel à la vie de la collectivité. A l’issue des
dernières élections communales (2003), seulement
quatre municipalités marocaines étaientdirigées
par des femmes et celles-ci n’occupaient que 127
sièges sur 22 816, soit 0,55% des postes de
conseillers municipaux.
Selon les conclusions de l’étude du PGL, qui a
Le troisième axe de la stratégie recommandée
par l’étude serait constitué de mesures
incitatives (subventions, instauration de
sanctions, etc.) en direction des partis
politiques et des associations, qui jouent un
rôle cléen ce qui concerne la place des
femmes dans la vie politique locale.
Séminaire sous le thème « Représentation des femmes dans
les assemblées locale élues », le 2 Novembre 2007 à
Casablanca.
représenté un apport considérable au débat sur les
élections locales de 2009, une stratégie en trois
dimensions devrait être mise en oeuvre pour
élargir l’accès des femmes au pouvoir local.
Le premieraxe de cette stratégie serait constitué
de mesures à moyen et long termes visant à
assurer un changement de mentalité : scolarisation
des filles et alphabétisation des femmes ;
restauration de l’image de la femme (notamment
dans les manuels scolaires et les médias) ;
éducation selon le principe de l’égalité des sexes.
A court et moyens termes, des mesures d’action
positive devraient êtreadoptées (axe 2) pour
accélérer le processus de participation des
femmes : instaurer un système de quotas (un tiers
au minimum) ; réformer la Constitution, faire
passer de nouvelles lois et veiller à l’application
effective de la législation favorable aux femmes ;
renforcer la présence des femmes dans les conseils
communaux et appliquer l’approche genre à la
gestion communale.
Selonl’étude, les obstacles à la participation
des femmes sont encore très grands, voire
insurmontables, surtout en milieu rural. Les
principaux handicaps relevés sont la culture
machiste, les méthodes de travail des hommes
politiques et les stéréotypes dévalorisants
pour les femmes.
Rien n’est fait dans les partis politiques pour
encourager la participation des femmes. Ni les
horaires ni les méthodesde travail (réunions
tardives, délibérations au café) ne s’y prêtent.
« Je me souviens d’une réunion du conseil
communal pendant le mois de Ramadan,
témoigne une élue. Quelques instants avant la
rupture du jeûne, un collègue s’est retourné vers
moi et m’a demandé : ‘Est-ce que tu ne vas pas
partir préparer ton dîner ? Tu devrais être à la
cuisine à cette heure-ci ’. Pour lui, c’était toutsimplement là qu’était ma place naturelle. »
Une femme interviewée rappelle aussi que « le
partage des tâches domestiques au sein du couple n’a
guère évolué » et que les femmes continuent
d’assumer la double journée de travail, ce qui ne
leur laisse pas le temps de faire de la politique et
de se créer leur réseau.
Les autres obstacles cités sont l’analphabétisme, le
manque de confiance enelles des femmes et
l’absence de stratégie nationale, régionale et locale
visant la parité en politique.
Cependant, des évolutions favorables ont été
constatées dans les années 1990 et se sont
accélérées après le début de ce siècle. Elles ont été
encouragées par la pression internationale et par
une volonté nationale de démocratiser la vie
politique et d’engager une réforme des...
tracking img