La place de la religion dans la societé actuelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 6 (1369 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 20 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA RELIGION AUJOURD’HUI.

Définition de la religion.

La religion a été définie pour la première fois par Cicéron comme « le fait de s'occuper d'une nature supérieure que l'on appelle divine et de lui rendre un culte ». Dans les langues où le terme est issu du latin « religio », la religion est le plus souvent envisagée comme ce qui concerne la relation entre l'humanité et Dieu.
Il n'existepas aujourd'hui de définition qui convienne à tout ce que l'usage permet d'appeler religion. La religion peut être comprise comme une manière de vivre et une recherche de réponses aux questions les plus profondes de l’humanité, en ce sens elle se rapporte à la philosophie. Mais elle peut aussi être vue comme ce qu’il y a de plus contraire à la raison et jugée synonyme de superstition. Elle peutêtre personnelle ou communautaire, privée ou publique, liée à la politique ou vouloir s’en affranchir. Elle peut aussi se reconnaître dans la définition et la pratique d’un culte, d’un enseignement, d’exercices spirituels et de comportements en société.
Les disciplines universitaires, telles que la sociologie, l'anthropologie, la psychologie ou l'histoire, prennent la religion ou les religions pourobjet d'étude. Dans la mesure où elles revendiquent une scientificité, elles doivent nécessairement en proposer une définition
Les définitions qui ont été proposées reprennent le plus souvent l’idée selon laquelle la religion est un système de croyances. Ces termes sont empruntés à la définition qu'avait posé en 1912 le sociologue Émile Durkheim (1858-1917), pour qui la religion est « un systèmesolidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent »L’autre façon d'aborder la religion ayant fait autorité dans les sciences humaines fut celle de Max Weber (1864-1920) qui envisageait, à la même époque que Durkheim, la religion commeune réglementation de la vie dans un monde où l’élément irrationnel est toujours présent, sans être propre aux religions[20]. Pour Weber la religion répond aux besoins des sociétés. Elle n’est pas par principe irrationnelle mais le processus de rationalisation que connaissent les sociétés
QUELQUES CHIFFRES.
• le catholicisme reste la religion majoritaire. En 2006, 65 % des Français sedéclaraient catholiques ;
• l’islam est la deuxième religion de France et se présente sous une grande diversité d’expressions. On estime à environ 5 millions le nombre de personnes originaires de pays se recommandant de l’Islam, soit 6 % de la population ;
• le protestantisme représente 2% de la population, soit 1,2 million de personnes, dont 350 000 d’évangéliques et pentecôtistes ;
• les “chrétientéshistoriques” regroupent environ 750 000 personnes autour de l’Eglise orthodoxe, de l’Eglise apostolique arménienne et des diverses Eglises orientales ;
• le judaïsme compte environ 600 000 personnes qui sont en majorité d’origine séfarade ;
• les fidèles du bouddhisme sont estimés à 400 000.
• Les mouvements religieux atypiques connaissent une certaine vitalité, comme les Témoins de Jéhovah, quise déclarent au nombre de 140 000.
La France est le pays européen qui compte le plus grand nombre de musulmans, de juifs et de bouddhistes.

La place de la religion dans la société française laïque
Depuis 1905, l’Eglise est officiellement séparée de l’Etat : la religion n’a pas sa place au sein des institutions, l’Etat ne doit pas financer les cultes religieux. En France, la religion n’a passa place dans les institutions politiques, elle est totalement absente de la Constitution française de 1958. De par son absence dans la Constitution, la religion n’a pas de pouvoir au sein de l’Etat. On peut néanmoins souligner que le ministre de l’Intérieur français est aussi ministre des cultes. De même, dans la pratique, la religion a parfois été peu séparé de la politique en France : le...
tracking img