La place de l'agriculture ivoiriene dans le developement economique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1642 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2005 Thème 1

L’apprentissage de mots nouveaux dans une approche par compétences
Jean-Luc AZRA
Université Seinan Gakuin azra?seinan-gu.ac.jp

1.

La question des objectifs pédagogiques et l’approche par compétences

Le thème de cette année pose la question des objectifs pédagogiques. A l’intérieur de cette question, je voudrais essayer de caractériserla différence entre deux approches de l’apprentissage de la langue, qu’on pourrait nommer l’approche par pratiques et l’approche par compétences1. Alors que la première se focalise sur les pratiques dans la classe, la seconde essaie de définir des compétences quantifiables et des objectifs dont on pourra déterminer sans hésitation s’ils ont été atteints ou non. L’approche par pratiques se basesur ce qu’on peut faire autour de la feuille blanche, du manuel, de la salle de classe et de la langue. Ce peut être par exemple de pratiquer « l’écrit », au sens de rédiger de petits textes informatifs ou littéraires. Ce peut être aussi de pratiquer « l’oral » en lisant à voix haute, en faisant des exercices d’écoute ou encore en suivant les leçons d’un manuel. Ces pratiques ont souvent desobjectifs peu définis, tels que pratiquer (le français), s’initier (à l’écrit) , améliorer (son expression), augmenter (son vocabulaire) ou encore s’amuser (avec la langue). Elles se placent souvent dans la perspective d’objectifs à long terme, tels qu’être capable de communiquer avec des francophones, pouvoir se débrouiller en voyage, ou encore envisager un séjour en université à l’étranger ; maissouvent elles n’ont pas d’autre objectif que de servir de terrain d’entraînement pour une meilleure connaissance de la langue, de sa grammaire et de son vocabulaire, sans vraiment fournir de compétence finale quantifiable. L’approche par compétences peut très bien s’accorder avec l’approche par pratiques, mais elle place les compétences visées au centre de la stratégie d’apprentissage. Elle seconcentre sur des compétences qui resteront acquises et qui seront exploitables telles quelles. Il peut s’agir de compétences : • • • technologiques (exemple : savoir se servir des outils informatiques en français) littéraires (être capable d’écrire une nouvelle et de lui trouver des lecteurs…) communicatives (être capable d’entretenir une correspondance réelle avec des 4

locuteurs de la langue…)• • scolaires (obtenir un certificat ou un diplôme…) ou professionnelles (décrocher un emploi en France…)

Bien sûr, certaines compétences sont très ambitieuses, mais elles peuvent être découpées en sous-compétences spécifiques ayant chacune leur valeur (ainsi, savoir rédiger un CV à la française constitue une sous-compétence de la compétence décrocher un emploi en France). Enfin, ces compétencespeuvent constituer des acquis en quelque sorte matériels, tel qu’un diplôme ou, comme nous allons le voir, un stock de vocabulaire structuré.

2.

Enrichir son vocabulaire : quelles compétences sont en jeu ?

Au cours de son atelier sur l’enseignement du vocabulaire, Olivier Jamet nous a proposé de nombreuses approches et de nombreux supports possibles pour enrichir le vocabulaire desétudiants : listes, dictionnaires, jeux, imagiers… Les participants ont évoqué leurs propres méthodes. La plupart proposent un apprentissage du vocabulaire en contexte, notamment par le biais de la pratique orale. C’est également l’approche que je pratique actuellement dans mes classes, mais je n’en suis pas complètement satisfait. En effet, il me semble que la plupart des étudiants connaissent troppeu de vocabulaire, et trop mal celui qui leur est proposé. Ils cherchent constamment les mots les plus simples, même si ceux-ci sont apparus dans des leçons étudiées récemment. C’est pourquoi la proposition de M. Jamet de travailler spécifiquement sur le vocabulaire m’intéresse. Nous nous sommes posé la question de savoir s’il était profitable ou non de faire apprendre par cœur des listes de...