La place du citoyen grecque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La place du citoyen dans la participation poltique dans la Grèce, et Rome antique.

Le citoyen est donc pour Aristote celui qui possède la faculté de participer au pouvoir délibératif ou judiciaire dans la cité mais dans le but de maintenir le bien commun.
Il y a en Grèce et à Rome un lien organique entre la citoyenneté et la participation à la défense de la cité.
Dans un premiertemps voir la place du citoyen en Grèce Antique, en distinguant Sparthe et Athènes. Puis dans un second temps la place du citoyen dans la Rome Antique.

I/ La place du citoyen dans la participation politique dans la Grèce Antique

Il y a dans la pensée grecque un lien central qui est opéré entre la notion de démocratie et celle de loi. Ce lien ressort de la notion d’autonomie, c’est le faitde se donner à soi même sa propre loi

A/ Le modèle aristocratique spartiate

1 – Le régime social des Lacédémoniens

a) Les spartiates : seuls citoyens

Ce sont les citoyens. Comme à Athènes, à Spartes on est citoyen par la naissance mais ce n’est pas suffisant, il y a des conditions économiques et morales. Il faut avoir les ressources nécessaires pour participeraux repas publics, car tous les repas sont pris en commun entre citoyens. Sur le plan moral, il fallait contribuer à la vie spartiate sous peine d’exclusion, la discipline et très stricte.

b) Les Péri Èques et les hilotes : les exclus de la citoyenneté

Toute une partie d’Athènes est exclue de la vie politique car elle n’appartient pas aux familles aristocratiques. Ces famillessont appelées des phratries. Et seuls ceux inscris dans ces phratries peuvent siéger à l’Assemblée
Les Péri Èques sont des hommes libres mais qui ne disposent pas des droits politiques, des droits civiques. Ce sont les habitants des cités dont le territoire a été annexé à l’état spartiate. Ils sont numériquement majoritaires. Leur liberté est encadrée, ils sont relativementlibres dans la gestion interne de leur cité mais ils n’ont aucune liberté en ce qui concerne la politique extérieure (diplomatie, guerre)
Les hilotes sont des esclaves d’Etat. Ils se révoltent régulièrement contre le système spartiate au point de mettre en danger l’existence même de la cité.

2 – L’Appela : une assemblée populaire

a) Une compétence essentiellementdiplomatique

L’Appela est composée de tous les spartiates qui ont la totalité de leur droits civiques, elle se réunit une fois par mois en plein air, ces pouvoirs sont limités. Sa compétence est essentiellement diplomatique, elle peut aussi élire les magistrats et désigner le gérons. A partir du 4ème siècle, cette assemblée va être de plus en plus délaissée et c’est cela qui explique la naturearistocratique du régime politique spartiate.

b) Des pouvoirs limités

Les propositions de loi issue de la Gérousia sont présentées à l’Appela mais au sein de cette assemblée les citoyens ne peuvent se prononcer que par acclamations. Les propositions de lois n’y sont pas discutées, elles ne peuvent être qu’acceptées ou rejetées en bloque. L’Appela mais l’Appela n’a aucun moyen d’amenderles lois. En cas de décision inconstitutionnelle de l’Appela les rois et les Gérons pouvaient dissoudre cette assemblée ce qui aboutissait à une absence de pouvoirs réels de cette assemblée

B/ Le modèle démocratique athénien

1 – Etre citoyen à Athènes

a) Les critères pour être citoyens

La cité grecque est gouvernée par le peuple, le « démos ». Est citoyenathéniens tout homme libre de plus de 18 ans, né d’un mariage légitime entre deux parents athéniens. Cette qualité de citoyen est essentiellement héréditaire mais elle peut toute fois être accordée à un étranger par décision de l’assemblée populaire : l’ecclésia. Les deux autres conditions de citoyenneté sont l’âge et la masculinité. Les citoyens ne représentent que 10% de la population Athénienne....
tracking img