La place du travail dans la société française contemporaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1037 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 5 : la place du travail dans la société française contemporaine :

Un paradoxe : le travail est défini de façon restreinte mais le travail est néanmoins un enjeu majeur.

D’une part le travail est définit de façon restreinte :
Au sens large le travail désigne toute activité qui génère une production.
Mais le terme renvoie en général à une définition limitative : le travail est uneactivité rémunérée.
S’occuper de ses enfants par exemple c’est du travail.
Le travail constitue un enjeu majeur.
Le succès d’un gouvernement est souvent apprécié en fonction de ses résultats dans la lutte contre le chômage.

D’où vient cette valorisation du travail ?
Cette valorisation du travail peut-elle durer ?

I La centralité du travail dans la société française contemporaine :

Onaccorde un rôle très important au travail aujourd’hui.
Cette importance n’a pas toujours existé( progression successive qui a commencé environ au XVII ème siècle.

1) Un repérage empirique de la place du travail :

La valorisation du travail apparaît dans l’importance donnée à la position professionnelle dans la définition d’un individu. Cette importance se manifeste de 2 façons :

-Defaçon positive : Aujourd’hui en France pour définir un adulte on lui demande son sexe, son âge, sa situation familiale, son lieu de naissance, et on lui demande toujours sa profession( cette caractéristique est un indicateur synthétique, qui suggère d’autres caractéristiques : un niveau de revenu, un mode de vie, un type de sociabilité, un niveau de participation politique et une orientationpolitique.

C’est pourquoi lors d’un sondage on demande toujours : le sexe, l’âge et la profession.

-De façon négative :
Même les individus qui ne travaillent pas sont situés par rapport au travail.
Exemple
* : les retraités : ils continuent de se définir par ce qu’ils étaient avant. (Excepté les anciens du fisc)
* : les jeunes : ils sont d’abord définis par le travail de leurs parents, puispar rapport au travail que l’on s’apprête à effectuer.
* : les femmes au foyer : elles ne travaillent pas : elles sont définis par la profession de leur mari.
* : les chômeurs : définis par la profession qu’ils exerçaient avant d’être au chômage.
* : les chômeurs n’ayant jamais travaillé.

(le travail occupe une place centrale.
D’où vient cette centralité ?

2) la valorisation dutravail dans les sociétés modernes :

Travailler n’a pas toujours été considéré comme important.
Par exemple dans l’antiquité grecque et romaine, travailler est considéré comme indigne.
(le travail est attribué aux gens jugés « inférieurs ».

C’est « l’ OPTIUM » qui est valorisé : la pratique gratuite, désintéressée de la science, de l’art, de la philosophie, de la politique etc. On évite detravailler.
L’étymologie du terme travail est le mot « TRIPALIUM » = instrument de torture.

Mais aujourd’hui le travail est valorisé. Elle s’explique par la mise en évidence de fonctions positives associées au travail.

a) les fonctions positives du travail :

A partir du XVII ème siècle, les philosophes ont démontré que le travail était utile à un individu et/ou à la collectivité.Ils ont dégagés 5 fonctions positives du travail :

- le travail est un facteur d’émancipation personnelle : l’individu qui travaille est obligé de se confronter à la réalité et à ses différentes dimensions. Il est conduit à se faire sa propre opinion de la réalité. Il peut échapper ainsi aux préjugés de son époque. Le travail contribue à faire de l’individu un sujet.

MONTESQUIEU :« un homme n’est pas pauvre parce qu’il n’a rien mais parce qu’il ne travaille pas ».

- le travail est un facteur d’humanisation de la nature. Par son travail il adapte la nature à ses besoins et ainsi il la rend plus vivable.
- Le travail est un facteur de création de richesse. Certains philosophes (Adam Smith) montrent que la valeur d’un bien dépend en partie de la quantité et/ou de...
tracking img