La poésie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3697 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : La poésie ne doit-elle parler que de ce qui est beau ?

Introduction rédigée
Nombreux sont les genres et les registres poétiques qui ont pour but de célébrer le sujet dont ils traitent : la poésie épique exalte les exploits et le courage des héros, l’ode1 vise bien à célébrer une personne ou un événement, il n’est pas jusqu’au registre élégiaque qui, s’il déplore les souffrances liéesà la mort ou à l’amour, ne revienne à valoriser la vie et le sentiment amoureux. Dès lors, on peut se demander si la poésie n’est pas forcée de n’évoquer que la beauté des choses et des êtres, sans pouvoir aborder le mal ou la laideur du monde. La poésie ne doit-elle parler que de ce qui est beau ? Sa seule fonction se limite-t-elle à louer le monde ? Ne pourrait-elle pas aussi avoir, comme leroman ou le théâtre, un rôle critique ? D’autre part, si le poète cherche à créer de la beauté, ne saurait-il le faire qu’à partir de ce qui est déjà beau ? Nous verrons tout d’abord en quoi la poésie, plus que d’autres genres littéraires, semble en effet destinée à exalter la beauté des choses et des êtres ; puis nous verrons comment la poésie peut néanmoins être amenée à parler du mal et de lalaideur du monde.
* * *

[I : La poésie doit être beauté, elle est faite pour célébrer]

La poésie lyrique amoureuse, qui représente une grande partie de la poésie, vise à célébrer la beauté de l’être aimé : tout ce qui n’est pas beau sera laissé de côté afin d’éviter toute discordance. Ainsi, le blason « le front » de Maurice Scève, à travers la description poétique du front de la dame, dressede cette dernière un portrait idéal : son front révèle à la fois sa beauté, son intelligence, sa noblesse, sa distinction et sa vertu. De même, le blason moderne qu’est « la Courbe de tes yeux » du surréaliste Paul Eluard exalte-t-il les yeux de la femme aimée en faisant d’elle une figure rassurante et puissante à la fois, qui offre le monde au poète. La courbe des yeux de cette femme est un« berceau nocturne et sûr » et le poète lui dit : « Le monde entier dépend de tes yeux purs/
Et tout mon sang coule dans leurs regards. » Aucun défaut de l’aimée n’est évidemment évoqué. Pourtant nul être ne saurait être parfait : il s’agit bien d’un choix, commandé par la visée poétique, de ne parler que de ce qui est beau. La même logique s’applique à ces autres formes poétiques que sont le tombeau,poème célébrant la mémoire d’un défunt (à qui on ne saurait manquer de respect en évoquant le mal comme le bien), ou l’ode qui peut être dédiée non à l’objet d’un sentiment amoureux mais aussi à un personnage puissant. Ronsard, le « prince des poètes », n’écrivait-il pas dans sa Préface de 1550 à son premier livre des Odes : « c’est le vrai but d’un poète lyrique de célébrer jusqu’à l’extrémité celuiqu’il entreprend de louer » ?
Par ailleurs, la poésie lyrique, si importante qu’elle soit dans notre littérature française, ne résume pas toute la poésie. L’œuvre d’Homère, dans l’Illiade, relève de la poésie épique. Or, la poésie épique soude une communauté en exaltant des valeurs : cela demande de brosser un tableau idéal des combats, réels ou mythiques. Les héros doivent être héroïques ! Ilsne peuvent présenter ni lâcheté ni médiocrité. Ainsi Ulysse dans l’Odyssée est-il la victime de la vindicte de Poséidon, mais il montre de façon constante un courage, une ingéniosité et une piété extraordinaires. Dans la poésie française, on peut penser à l’héroïsme de Roland de Roncevaux chanté dans la chanson de gestes « La Chanson de Roland » : le chevalier est prêt à sacrifier sa vie pour sapatrie.
La poésie, par le pouvoir des mots et la vision personnelle du poète, idéalise la réalité, rend parfait ce qui ne l’est pas, ce qui lui permet de ne parler que de beauté. Un exemple frappant en est donné dans le sonnet « Le Flambeau Vivant » de Baudelaire, très probablement inspiré par Apollonie Sabatier à laquelle le poète voua un sentiment passionné et spiritualisé. Il s’agissait...
tracking img