La poésie nous éloigne du réel ou nous fait mieux percevoir la réalité

Dissertation : La poésie

SUJET : Dans « Les Ponts », Arthur Rimbaud met un terme à sa vision par cette phrase : « Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie. »
En vous appuyant sur les textes du corpus et les poèmes que vous avez lus ou étudiés en classe, vous vous demanderez si la poésie nous éloigne du réel ou nous fait mieux percevoir la réalité.

Selon lesépoques et les mouvements, la poésie n'a pas été influencée par les mêmes thèmes. L'imaginaire étant un thème récurrent en poésie, on peut se demander si cette dernière nous éloigne du réel ou si, au contraire, elle permet de mieux percevoir la réalité.
Nous verrons, dans une première partie, comment certains poètes s'éloignent du réel et, dans une seconde partie, comment d'autres permettent de mieuxcomprendre la réalité, d'y poser un autre regard.

Il est vrai que certains effets de style et procédés d'écriture ne facilitent pas la compréhension du lecteur, c'est pourquoi on peut penser que la poésie, en quelque sorte, nous éloigne du réel. En effet, la langue du poète, considérée à l'antiquité d'origine divine, est très travaillée et ne reflète donc pas la réalité.
Selon le poète PaulValéry, comme il l'énonce dans son recueil Variétés, « il faut que, dans un poème, le sens ne puisse l'emporter sur la forme ». Certains poètes se plient donc à de rigoureuses lois, comme celles du sonnet par exemple, quitte à ce que le poème soit incompris, voire quasiment insensé. Tristan Corbière l'explique clairement dans le poème « Un sonnet avec la manière de s'en servir » : « Ça peut dormirdebout comme soldat de plomb ».
En outre, même en partant d'un objet, d'un fait, plus généralement de la réalité, on peut s'en éloigner, comme l'illustre la citation de Guillaume Apollinaire : « On peut partir d'un fait quotidien : un mouchoir qui tombe peut être pour le poète le levier avec lequel il soulèvera tout un monde » (in L'esprit nouveau et le poète).
Dans « Le Pain », Francis Pongecompare le pain à la Terre. Il se sert de la structure du pain pour pouvoir interpréter des phénomènes naturels, comme le relief terrestre, grâce à une métaphore filée. Mais petit à petit il se détache de la réalité et l'imagination prend le dessus (« la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois »). Ce quipermet donc au poète de généraliser des vérités, d'expliquer les mystères du monde à partir d'un événement réel le fait pourtant s'éloigner de la réalité...
Enfin, certains mouvements (en particulier le romantisme) favorisant l'expression des sentiments éprouvés par le poète lui permet de dévoiler ses rêves, et ainsi de mettre en scène son imagination. Ainsi, dans « La Jetée » d’Henri Michaux, lenarrateur fait part au lecteur de son rêve, alors qu'il était en proie à une sorte de folie due à sa maladie. Il est alors totalement emporté dans son imagination, lorsqu' « [il construisit], profitant du brouillard, un jetée jusqu'à la mer », ou lorsqu' un homme « sortit des richesses en abondance » de l'eau. Le lecteur vit lui aussi cette histoire, même s'il sait qu'elle est sortie del'imaginaire du narrateur.

Cependant, la poésie peut aussi faire mieux percevoir au lecteur la réalité du monde qui l'entoure, mission considérée comme un devoir par certains poètes symbolistes. En effet, ils peuvent, à travers un système d'analogies, de correspondances, et autres procédés stylistiques, décrypter le sens caché du monde. C'est le cas dans le poème « Correspondances », où Baudelaireétablit une relation entre différents éléments de l'Univers. On peut également rapprocher ce rôle de celui de la poésie inspirée par l'école d'Apollon, poésie basée sur l'explication rationnelle du monde qui nous entoure.
De plus, si la poésie est capable d'expliquer le monde dans lequel nous vivons, elle est aussi capable d'éclairer les mystères de l'âme, d'après St John Perse : « L'obscurité...
tracking img