La police de proximité au burkina faso

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5705 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS BURKINA FASO
SECONDAIRE ET SUPERIEUR Unité – Progrès – Justice
**********************
ECOLE SUPERIEURE DES HAUTES
ETUDES TECHNOLOGIQUES ET
COMMERCIALES (HETEC)
***********************
TRONC COMMUN : LICENCE PROFE
***********************
COURS DE TECHNIQUES D’EXPRESSION
ECRITE ET ORALE (T.E.E.O)-------------------------------------------------

-------------------------------------------------
THEME :
-------------------------------------------------
LA POLICE DE PROXIMITE AU BURKINA FASO
-------------------------------------------------

Chargé de cours : Noms des exposants :
M. Seydou TRAORE - NASSE Julienne
- OUEDRAOGO Annick Laure
- SOUBEIGA Anatole
- BASSONO Armelle- SIA Bienlo

Année Académique 2010 – 2011

SOMMAIRE
Page
INTRODUCTION 03
I- Définition de la police de proximité 03
II- Principes fondamentaux de la police de proximité 05
II-1- Rapprochement avec la population 05
II-2- Partenariat 05
II-3- Renforcement des mesures préventives 05
II-4- Stratégie de résolution des problèmes 06
III- Mise en œuvredu premier plan d’action (2005-2009) 06
III-1- Contexte et justification 06
III-1-1- Montée de l’insécurité 06
III-1-2- Difficile partenariat entre forces de sécurité et population 07
III-2- Objectifs et résultats attendus 07
III-2-1- Objectifs 07
III-2-2- Résultats attendus 08
III-3- Mise en œuvre opérationnelle 2005 – 2009 08
III-3-1- Organisation du partenariat 08
III-3-2-Formation – Sensibilisation 09
III-3-3- Organisation institutionnelle 09
III-4- Diagnostic 09
III-4-1- Résultats obtenus 10
III-4-2- Insuffisances 10
IV- Réorientation 12
IV-1- Objectifs 12
IV-2- Stratégies de mise en œuvre 13
IV-2-1- L’esprit de la réorientation 13
IV-2-2- Les principes de la réorientation 13
IV-2-3- Les acteurs de la police de proximité 14
V- Perspectives : lacapitalisation de l’expérience des ILS 14
V-1- Les associations Koglewéogo 15
V-2- Les associations Dozo 16
CONCLUSION 17
BIBLIOGRAPHIE 18

INTRODUCTION
Aucune société ne peut prétendre à un développement sans une sécurité. Elle ne peut aussi survivre dans une atmosphère d’insécurité. La sécurité et la stabilité sont de ce fait une condition sine qua non pour l’enracinement de ladémocratie. C’est un devoir régalien pour l’état d’assurer la sécurité de ses citoyens et de leurs biens. Il est à noter que la première préoccupation pour l’homme a toujours été sa survie face aux intempéries, aux catastrophes naturelles et aux mauvaises intentions et actes de son prochain. C’est pour cela que chaque société développe des stratégies afin de répondre efficacement aux défis sécuritairesauxquels elle fait face.
La stratégie sécuritaire fondée sur le partenariat avec la population a été mise en œuvre par certains pays et a fait ses preuves, au point de constituer une référence. Cette méthode de gestion, les français l’appellent « une police de proximité », les britanniques et les nord-américains « une police communautaire », la gendarmerie royale du Canada et certains services depolice québécois et canadiens utilisent parfois l’étiquette « police socio- préventive ». Mais le dénominateur commun de toutes ces expériences demeure le partenariat entre la police et la population dans la lutte contre l’insécurité et pour un meilleur cadre de vie.
La mise en œuvre de la police de proximité au Burkina Faso a commencé véritablement en 2005. Le pays n’a donc pas une longueexpérience en la matière. Cependant l’action gouvernementale dans sa continuité a souverainement opté pour cette stratégie de la police de proximité afin de résoudre les problèmes liés aux troubles à l’ordre public et la criminalité. L’exposé sur l’expérience burkinabé dans la mise en œuvre de ce concept s’articulera autour de cinq (05) points :
* Définition de la police de proximité
*...
tracking img