La politique économique de louis xiv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La politique économique de Louis XIV

De l’Ancien Régime, les économistes ont gardé le souvenir de l’intervention de l’Etat que
l’on désigne sous le nom de Colbertisme, du nom du contrôleur général des finances. Si le
volontarisme caractérise cette première partie du règne de Louis XIV, nous avons vu que sur
le plan strictement budgétaire, l’intervention de l’Etat restait très faible. Aprèsavoir présenté
la théorie et les principales mesures qui la mettent en oeuvre, nous verrons que le bilan est
mitigé et que tous les objectifs n’ont pas été atteints.

I Le colbertisme (voir le site www.universalis.fr )

A Jean-Baptiste Colbert (1619-1683)

Biographie : www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=77
Fils d’un officier de finances de Reims,Jean-Baptiste Colbert est commissaire ordinaire des
guerres et devient le commis du secrétaire d’Etat Le Tellier en 1644. En 1651, Mazarin lui
confie l’administration de ses biens. Conseiller d’Etat, intendant des finances, il contribue au
discrédit du surintendant Nicolas Fouquet, devient ministre d’Etat, puis cumule les fonctions
et les responsabilités : surintendant des bâtiments du Roi en 1664,contrôleur général en
décembre 1665, secrétaire d’Etat à la Maison du Roi en 1669, charge à laquelle il joint la
marine et le commerce. Confident privilégié du roi, responsable des finances et de
l’économie, il place ses parents et amis à des postes importants, contribue à la rédaction des
grands textes juridiques du règne, comme l’ordonnance des Eaux et Forêts d’août 1669.

B Les idéeséconomiques

Le but premier de Colbert est la gloire du Roi et le bien de l’Etat. La richesse du roi repose sur
une France prospère, ce qui suppose d’encourager l’économie et d’assurer une bonne gestion
des finances publiques. A l’image des mercantilistes du début du siècle, Sully, Laffemas,
Montchrestien Colbert considère que la richesse d’un pays se mesure au niveau de son stock
de métauxprécieux, or et argent. Ainsi les Français s’enrichiront et sans augmenter la
pression fiscale, les Français pourront payer davantage d’impôts. Comme la France ne dispose
pas de mines comme l’Espagne grâce à son empire colonial, il faut attirer les espèces dans le
pays en disposant d’une balance commerciale excédentaire. Pour développer ses ventes à
l’extérieur, la France doit selon lui brider lapuissance hollandaise, ce qui fait courir le risque
d’accroître les tensions avec ce pays.

II La politique

A Une agriculture dominante mais délaissée
L’agriculture joue un rôle important comme l’avait montré la crise de l’avènement en 1661-
1662. les années Colbert sont des années de beaux épis, la production restant élevée grâce aux
bonnes récoltes du Languedoc et de la Provence. Les prixcéréaliers restent bas, ce qui permet
d’approvisionner les populations sans émeutes frumentaires et les blés, fortement taxés à la
sortie, restent dans le royaume. Mais Colbert n’y est pour rien car les conditions techniques
rendent l’agriculture dépendante du climat. Une nouvelle offensive du petit âge glaciaire se
produit entre 1690 et 1710, dégradant la situation économique, créant unesituation de forte
disette.

B Le soutien aux manufactures
Pour exporter des produits manufacturés français, il faut que l’Etat fortifie l’industrie par tous
les moyens. S’il soutient des manufactures d’Etat qui appartiennent à l’Etat et travaillent pour
lui comme la manufacture de meubles de Gobelins, Colbert soutient des manufactures privées
auxquelles il octroie des privilèges. en 1664, ilfait accorder un privilège à une manufacture de
tapisseries de la ville de Beauvais ; en1665, il fait de même en faveur des la manufacture des
tapis d’Aubusson puis il accorde à Van Robais un privilège pour établir à Abbeville une
manufacture de draps fins.
Sites : http://manufacturedesgobelins.fr/manufacture_des_gobelins.001100.fr.html
Le ministre multiplie les règlements pour donner aux...