La politique, continuation de la guerre par d'autres moyens?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à la Sociologie Politique
Dissertation

Sujet: Dans quelles mesures peut-on dire de la politique
qu'elle est la continuation de la guerre par d'autres moyens?

1

Mao Tsé-toung, président de la République Populaire chinoise, affirmait que « la politique est une guerre sans effusion de sang, et la guerre, une politique avec effusion de sang »[1]. Cette formulation, poursimpliste qu'elle peut paraître, renvoie néanmoins l'idée importante que politique et guerre sont intimement liées. De la même façon, pour Rousseau, « la guerre n'est point une relation d'homme à homme, mais une relation d'État à État»[2]. Le grand philosophe français appuie ainsi sur le fait que les guerres sont des décisions d'États, c'est-à-dire relevant des institutions chargées de gérer lasociété, et donc, par définition, du pouvoir politique.
S'il apparaît clairement qu'il existe un lien très fort entre les conflits armés et les mécanismes de régulation des sociétés que forment la politique, on peut légitimement s'interroger sur la possibilité de définir la politique en fonction de la guerre et sur les limites d'une telle définition.
Pour ce faire, il convient tout d'abord d'établir lelien exact qui existe entre ces deux phénomènes. En effet, il est nécessaire de comprendre le sens de la relation de causalité qui les unis, c'est-à-dire de saisir si la politique est une réponse à un conflit armé, dans le sens où elle s'établit à la suite de celui-ci, ou bien si, à l'inverse, le conflit armé est une des possibles conséquences de la politique. A la suite de cette analyse, ilfaudra déterminer si la politique ne peut être considérée que dans un rapport à la guerre, ou si elle s'exerce de manière plus large au sein des sociétés.

* * * * * *

La guerre, c'est-à-dire le conflit armé entre plusieurs groupes d'individus, est, on l'a vu liée à la gestion de ces groupes par les personnes exerçant sur eux une domination politique. Cependant, ce lien semble complexe etdélicat à cerner.
* *
La lutte armée semble avoir sa place au cœur même de la création de l'État, donc de la forme de pouvoir politique que connaissent nos sociétés occidentales.
En effet, certains philosophes tels que Hobbes, explique que le rôle premier de l'État est d'assurer la sécurité des citoyens, car sans lui, un état de guerre permanent règnerait[3]. Il explique cette idée par le faitque sans pouvoir fort, les individus n'auraient aucune raison de ne pas s'attaquer les uns les autres, pour s'emparer des biens d'autrui. Cette théorie, pour toute fictive qu'elle soit, s'accorde avec les travaux de sociologues, notamment ceux de Norbert Élias[4]. En effet, ce sociologue et historien allemand s'est penché sur le problème de la genèse de l'État dans les sociétés d'EuropeOccidentale, et établit que l'émergence d'un pouvoir politique centralisé s'est fait en France par exemple à l'issue d'une longue période de conflits. Ces conflits opposaient les différentes unités de domination que formaient les seigneuries et autres composantes hiérarchiques du système féodal, qui combattaient pour s'assurer le monopole du pouvoir politique sur l'ensemble du territoire. Les toutespremières formes d'administration apparues ont d'ailleurs été relatives à l'armée, car c'était alors la puissance militaire qui seule pouvait assurer la survie d'une unité de domination . En effet, la seule source de profits pour les seigneurs étant le travail de la terre, l'unique moyen d'augmenter ses revenus étaient donc d'augmenter ses possessions foncières. Ainsi, l'accroissement des terres d'unseigneur ne pouvant se faire qu'au dépends d'un autre, non seulement la croissance économique, mais aussi la survie des seigneuries passaient par l'affrontement militaire. Et si les seigneurs belliqueux étaient nombreux au IX ème siècle en France, leur nombre a constamment diminué, car les vainqueurs s'assuraient la domination sur les vaincus, et en s'enrichissant, pouvaient rallier à leur cause,...
tracking img