La politique de la ville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3629 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TD La politique de la ville

• Les caractéristiques de la politique de la ville et des acteurs qui interviennent pour sa mise en œuvre :

( Définition : La politique de la ville désigne la politique mise en place par les pouvoirs publics afin de revaloriser les zones urbaines en difficultés et réduire les inégalités entre les territoires. C’est une politique qui vise le maintientde la cohésion sociale.
( Historique : Dans les années 60, sont apparues en périphérie des villes des habitats dits de « grand ensemble » à savoir les banlieues. Suivit d’une crise majeure dans les années 70, concernant les populations habitants ces territoires, en effet l’accumulation de leurs difficultés sociale, économique et environnementale (chômage, échec scolaire, habitats dégradés…). La politique de la ville a été amorcé dés les années 80, pour répondre aux besoins engendrés par cette crise ; politique qui touche plus de cinq millions de personnes.
( Objectif : En mettant en place, une politique de la ville, on cherche à réduire les inégalités territoriales et agir pour les quartiers en difficultés.

( Les acteurs : Il existe une grande diversitéd’intervenants. A la tête, on trouve le Comité Interministériel des villes (CIV) créée en 1984, présidé par la premier ministre, il décide les grandes orientations à prendre et répartit les moyens financiers.
En 1988, création de la Délégation interministérielle à la ville (DIV) qui est chargée d’animer et de concevoir la politique de la ville selon les orientations du CIV.
En 2003, création de l’Agencenationale pour la rénovation urbaine (ANRU).
En 2006, l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE).
Il existe d’autre acteur de la politique de la ville, à savoir les ministères qui interviennent dans l’enjeu de la politique de la ville, les collectivités territoriales, divers organismes ( DDAS, DDJS, FAS …) ainsi que le milieu associatif.

• L’intérêt dutravail de diagnostique et d’évaluation mené sur le terrain :

A travers l’ONZUS, on peut mesurer les évolutions des inégalités sociales et les écarts de développement, suivre les politiques public et les moyens organisés. C’est un outil, créé en 2003, qui permet les pilotages des programmes d’action et qui oblige un débat annuel devant l’Assemblé parlementaire ainsi que des débats au seind’assemblé délibératives de collectivités territoriales et d’établissement publics.
Le Contrat urbain de cohésion social (CUCS) quant à lui, est mise en œuvre par les collectivités territoriales, il résulte d’un accord entre préfets et maires. Il est renouvelable tous les trois ans. Son champ d’action est l’habitat et le cadre de vie, l’emploi et le développement économique, l’éducation, lacitoyenneté et la prévention de la délinquance et la santé.
• Illustration concrètes dans chacun des domaines d’intervention de la politique de la ville

← Education : Introduits par le volet « égalité des chances » de la loi du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion social , les projets de réussite éducative (PRE) s’adressent en priorité aux enfants de 2 à 16 ans vivant dansles ZUS et dans les zones d’éducation prioritaire. Ils introduisent des parcours personnalisés et un soutien individualisé qui se déroulent hors du temps scolaire ; l’aide apportée par les équipes pluridisciplinaires couvre un champ vaste : accompagnement social, scolaire, éducation artistique et culturelle, pratique sportive, soutien aux parents dans leur rôle éducatif. Depuis décembre 2006, lesPRE font partie intégrante du volet éducatif des Cucs.
Ce dispositif, doté de 86 700 765 euros en 2009, affiche un bilan positif : il a su intégrer l’apport du dispositif Education nationale « accompagnement éducatif » en se recentrant sur le traitement des difficultés sociales :
[pic]  93 581 enfants ont bénéficié d’un parcours, 110 796 situations ont été étudiées par une équipe...
tracking img