La politique doit-elle subordonner la morale à la raison d'état?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Nous pourrion qualifier la politique de ce qui relève de l'exercice du pouvoir dans l'Etat. L'Etat étant une société politique résultant de la fixation, sur un territoire délimité par des frontirères, d'un groupe humain présentant des caractères plus ou moins marqué d'homogénéité culturelle et régi par un pouvoir institutionnalisé. L'État n'existerait que par les hommes, mais pouraussitôt acquérir une indépendance à leur égard. Par là, il semble qu'il ait en premier lieu d'assurer la sécurité des individus, et à les protéger de toute violence, physique ou morale, pouvant porter atteinte à leur personne. Quels sont alors les moyens mis en oeuvre? L'Etat nous dit-il tout à travers la politique? La politique est-elle régie par la morale?
Parallèlement, en se reportant parexample à l'affaire Dreyfus, on pourrait se demander est-ce que la morale est-elle toujours mise en avant? ou bien est-ce que la Raison d'Etat est-elle une alternative à la morale?
L'art de gouverné un Etat permet-il de faire dépendre la morale à la Raison d'Etat ?

I/ Polotique et Morale

la politique et la morale sont confondues. Elles tendent toutes deux vers le bien, que ce soit sur unplan personnel ou collectif. La morale appartient à l’individu, elle est en rapport avec l’exercice de la liberté individuelle. Ainsi, la morale s’attache plus à une obligation de moyens, et non de résultat. Par contre, en politique, les conséquences importent plus que les déclarations. L’action politique est évaluée bien plus sur la base des effets qu’elle produit qu’en fonction de propositions. Enoutre, on peut faire preuve d’un grand sens moral au sein d’un système politique. Et inversement, une organisation politique vertueuse ne garantit pas la moralité de ses membres pris individuellement. Nous pouvons donc dire que politique et morale ne se confondent pas, et il est possible d’ailleurs de mettre en évidence une opposition entre les deux. C’est la position adoptée par Machiavel. Enpolitique, le résultat a une place prépondérante, En effet, il faut abandonner toute considération morale pour prendre le pouvoir et maintenir l'Etat. Pour Machiavel, la morale conduit à l’échec politique, parce qu’il pense que l’homme n’est pas raisonnable. Seules les passions l’animent, et l’humeur fonde son action. Ainsi, il existerait selon Machiavel deux groupes d’individus : ceux qui veulentdominer, et ceux qui ne veulent pas être dominés. Il est donc impératif que la politique fasse preuve à la fois de force, pour contenir les uns, et de ruse, pour déjouer les pièges tendus par les autres.
La politique converge avec la morale, car l’action politique s’inscrit dans le devoir de sortir l’homme de son état de nature et en conséquence permettre l’institution et la préservation d’unEtat de droit, garantissant à chacun la liberté de se réaliser en tant qu’être humain et donc d’être un représentant de l’humanité.
Nous pourrions donc dire que la politique est l’expression de la morale sur le plan collectif. La morale se ressent en effet dans les faits, tant individuellement que collectivement. La loi, qui est la base de l’organisation et de l’ordre publics, est un élément de lapolitique, et pour qu’elle serve tout le monde, elle ne peut s’exclure de la morale carnous souhaiterions tous que la politique soit morale, ou qu'elle en tout cas qu'elle s'en réfère, la morale qui recherche le bonheur pour chacun, compatible avec le bonheur de tous, sinon, l’immoralité alors deviendrait légale.

II/ Politique et Raison d'Etat

La raison d'État est la raison invoquée par desgouvernements autoritaires pour couvrir une injustice ou pour refuser d'apporter la clarté dans une affaire, clarté qui mettrait en danger l'ensemble des institutions autoritaires. Un tel argument suppose que l'individu doit être sacrifié à la collectivité et aussi que la morale qui règle les rapports entre l'État et l'individu est une morale d'un type différent de celle qui règle les rapports...
tracking img