La politique est-elle le domaine des passions ou de la raison ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SUJET : La politique est-elle le domaine des passions ou de la raison ?

La politique suppose d'éviter deux erreurs : La première implique de ne considérer la politique que comme une dépendance secondaire de la philosophie dans son ensemble. La seconde tiendrait la politique pour un simple prolongement de l'analyse politique. Dans cette dissertation, nous voulons savoir si la politique est undomaine où la raison est la principale fonction ou s’il s’agit d’une réaction à la passion. Dans un premier temps nous étudierons la partie concernant les passions puis nous analyserons la raison et ses décisions.

La passion est un mouvement de la conscience qui fait apparaître un objet comme promesse de plénitude, de satisfaction complète et durable ou comme menace de douleur, desouffrances, de malheur: C'est l'amour ou la haine. Mais, dans la passion, la structure de la conscience se fixe sur un objet en fonction d'une ressemblance avec un passé heureux ou malheureux et s'épuise dans une vaine tentative de reflux vers ce qui n'est plus pour accéder à l'éternité en échappant au temps puisqu'elle croit retrouver le passé dans le présent. Le désir est abondance en fonction desrelations que la conscience multiplie avec une diversité de choses dont elle éprouve le manque, ce qui l'amène à anticiper, à imaginer, à inventer et à produire par une action.
La passion consiste à subir une action: à produire une passion, à faire subir: dans les deux cas quelque chose est produit, une transformation apparaît dans la réalité: on ne peut la mettre en doute.
Révolution etconstruction pour le moi, destruction pour les autres selon que le bouleversement est rapporté à celui qui le produit (agent) ou à celui qui le subit (patient)
On s'accorde pour désigner la passion comme un sentiment, intense : d'une grande force, vivace, qui ne disparaît pas facilement, exclusif : qui subordonne les autres intérêts, qui oriente, ou même transforme la personnalité et en tout cas lecomportement. Mais, c'est le désaccord sur les causes et les effets de la passion.  Mais la passion apparaît aussi comme une structure fixée de la conscience: en ce sens ce serait une maladie de l'âme. La passion provoque isolement et solitude, guerres et conflits, tyrannie, division. La passion est un mouvement vers un objet indéterminé (ce peut être la gloire, l'or…).

La raison est unefaculté de l'esprit humain dont la mise en œuvre nous permet de fixer des critères de vérité et d'erreur, de discerner le bien et le mal et de mettre en œuvre des moyens en vue d'une fin donnée. On peut distinguer, au point de vue des normes rationnelles : l’ensemble de principes directeurs de la connaissance ou de l'action ; le principe de création et de mise en ordre de ces principes. Une choseest ce qu'elle est.
La raison englobe le principe de non-contradiction et le principe du tiers exclu : On ne peut attribuer que deux états à une affirmation, un état et son contraire (ou l'absence d'état). Il n'existe pas de troisième état "intermédiaire". Exemple: Soit il neige, soit il ne neige pas. Et s'il neige "un peu", alors il neige. Ce principe apparaît moins évidemment que les troisautres.
Il existe aussi le principe de causalité. Ce principe permet de rendre intelligible le devenir, car si toute chose a une cause, alors une raison permanente d'un phénomène peut être trouvée. En supposant ainsi qu'une même cause produit toujours le même effet, la raison dispose d'un critère de connaissance. Tout effet a une cause et dans les mêmes conditions la même cause produit les mêmeseffets.
Hume remet néanmoins en cause l'aspect rationnel de la causalité. En effet, il prend l'exemple d'un billard: la pensée commune est que c'est parce que la première bille a heurté la deuxième qu'elle s'est mise en mouvement. Mais Hume y voit une succession d'évènements, une succession non pas logique mais chronologique. Il pense qu'il faut revenir à l'observation, et on n'observe jamais la...
tracking img