La popularisation du jazz en france (1948-1960) : les prodromes d’une massification des pratiques musicales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10039 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RHIS&ID_NUMPUBLIE=RHIS_011&ID_ARTICLE=RHIS_011_0109

La popularisation du jazz en France (1948-1960) : les prodromes d’une massification des pratiques musicales par Ludovic TOURNÈS
| Presses Universitaires de France | Revue historique 2001/1 - n° 617
ISSN 0035-3264 | ISBN 2130571633 | pages 109 à 130Pour citer cet article : — Tournès L., La popularisation du jazz en France (1948-1960) : les prodromes d’une massification des pratiques musicales, Revue historique 2001/1, n° 617, p. 109-130.

Distribution électronique Cairn pour Presses Universitaires de France . © Presses Universitaires de France . Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article,notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévuspar la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

La popularisation du jazz en France (1948-1960) : les prodromes d’une massification des pratiques musicales
Ludovic TOURNÈS

Bien que la musique soit devenue dans la deuxième moitié du siècle un phénomène social et culturel incontournable, elle a peu retenu jusqu’à unedate récente l’attention des historiens, trop souvent enclins à n’y voir qu’un champ de recherche mineur. Et si l’histoire culturelle a, depuis quelques années déjà, contribué à dilater les frontières de la recherche en histoire contemporaine, force est de constater que la musique fait encore partie des champs qui restent en friche, malgré quelques études telles que celles de Philippe Gumplowicz1pour la musique populaire, d’Esteban Buch2 ou de Jane Fulcher3 pour la musique savante, ou, dans un autre ordre d’idée, d’Alain Corbin sur le paysage sonore et sensoriel4. Dans cette production clairsemée, le XXe siècle est encore bien silencieux5, alors que tout concourt à en faire le terrain idéal pour ce qui se révèle, lorsqu’on y regarde d’un peu plus près, comme un vaste champhistoriographique riche de promesses et de pistes encore vierges6.
XX
e

1. Philippe Gumplowicz, Les travaux d’Orphée, Paris, Aubier, 1987. 2. Esteban Buch, La neuvième de Beethoven, une histoire politique, Paris, Gallimard, 1999. 3. Jane Fulcher, Le grand opéra en France : un art politique (1820-1870), Paris, Belin, 1987. 4. Alain Corbin, Les cloches de la Terre, Paris, Albin Michel, 1994. 5. On citeraquelques exceptions, notamment, pour le rock, Bertrand Lemonnier, L’Angleterre des Beatles. Une histoire culturelle des années 1960, Paris, Kimé, 1995, et pour le jazz, Ludovic Tournès, New Orleans sur Seine, histoire du jazz en France, Paris, Fayard, 1999. 6. Pour la recension de quelques-unes de ces pistes, voir Ludovic Tournès (dir.), De l’acculturation du politique au multiculturalisme.Sociabilités musicales contemporaines, Paris, Librairie Honoré-Champion, 1999. Revue historique, CCCIII/1

110

Ludovic Tournès

Dans ce champ, le jazz occupe une place fondatrice puisqu’on peut le considérer comme le père des musiques populaires contemporaines du monde entier, toutes ayant, à des degrés divers, subi son influence. Pourtant, si l’histoire américaine du jazz a déjà fait l’objet d’étudesuniversitaires7, son internationalisation n’a guère retenu l’attention. Or, celle-ci constitue un des exemples les plus précoces et les plus caractéristiques de la diffusion de la culture américaine dans le monde. La France occupe une place originale dans cette internationalisation, dans la mesure où c’est dans l’Hexagone que le jazz a, pour la première fois, trouvé un public et des lettres de...
tracking img