La population de la france sous louis xiv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1889 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La population de la France

C’est grâce à l’une des populations les plus importantes d’Europe que Louis XIV a pu
financer sa politique et lever contre les pays coalisés de puissantes armées. Pourtant, s’il n’est
de richesses que d’homme comme le disait le juriste Jean Bodin, le roi ignore combien il a de
sujets. Ce n’est que depuis une quarantaine d’années grâce à l’essor de la démographiehistorique que la connaissance de la population a progressé.

I)Ecrire l’histoire de la population

A)Les dénombrements, ancêtres des recensements
L’Ancien Régime français n’a pas connu les recensements. Pourtant l’Etat royal a voulu
connaître le nombre de ses sujets dans un but fiscal. En 1630, le surintendant des finances de
Louis XIII, le marquis d’Effiat, avait lancé une enquête dontles résultats sont très lacunaires.
Colbert encourage les enquêtes mais ne fait procéder à des recensements systématiques que
dans les colonies. A la fin du règne, une enquête est lancée en 1698 pour informer le duc de
Bourgogne sur l’état du royaume mais l’ensemble est incomplet. Vauban dans sa brochure
Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples puis dans son ouvrage Leprojet de dixme royale tente d’estimer la population. En 1709, le contrôleur général des
finances Desmarets fait procéder au dernier dénombrement du règne. Les dénombrements
comptabilisent les feux c’est-à-dire les familles, ce qui est fort variable même si l’on
s’accorde sur 4,5 personnes par feux.

B) Les registres paroissiaux
Les démographes ont utilisé les registres paroissiaux quin’avaient pas à l’origine de but
statistique. Tenus par l’Eglise depuis le XVe siècle, ils avaient été généralisés par François 1er
avec l’édit de Villers-Cotterêts de 1539 que l’ordonnance de Blois de 1579 avait complété.
L’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye ou Code Louis, promulguée en 1667, exige la tenue
des registres en double, les actes devant être rédigés à la suite, sans blanc pour éviterdes
fraudes. La lecture des registres de BMS montrent que beaucoup des curés ne respectaient
l’intégralité de la législation. Il est vrai qu’obligés en 1674 d’utiliser du papier timbré,
beaucoup comprimèrent les lignes pour faire des économies. Quant aux protestants, s’ils
tenaient des registres depuis le milieu du XVIe siècle, la législation royale est muette jusqu’en
1667. La révocation del’édit de Nantes prive les calvinistes d’existence officielle et dons de
registres. Ils sont obligés de passer devant le curé s’ils veulent que leur union soit reconnue et
leurs enfants légitimes. Quant aux israélites, peu nombreux et regroupés dans quelques villes
périphériques, on n’a pas retrouvé de trace de registres au XVIIe siècle.

II)Les caractéristiques de la population

Selon PierreChaunu, c’est la nuptialité qui est le grand régulateur de l’évolution
démographique de l’Europe moderne.

A) La nuptialité
A l’époque, le célibat est très minoritaire, il concerne, les militaires et les ecclésiastiques soit
environ 7% de la population vers 1700. Se marier est un acte important, économique et social.
Pour fonder un foyer il faut pouvoir assurer sa subsistance et celle de safamille. Le mariage
est un contrat civil, avec acte passé devant le notaire, et sacrement d’Eglise, encadré par les
recommandations du concile de Trente et la déclaration royale de 1639. Qu’en est-il du
sentiments ? Selon Montaigne « un bon mariage s’il en est, refuse la compagnie et les
conditions de l’amour ». Le mariage est donc tardif, 25 ans pour les hommes et 22,5 pour les
femmes auXVIIe siècle et cet âge tardif fait qu’un tiers des couples se brise avant dix ans. Les
écarts d’âge entre les époux sont limités surtout dans les milieux populaires, plus importants
chez les élites. Sous Louis XIV, des avocats bordelais de 35 ans épousent fréquemment des
jeunes filles de 18-20 ans. L’on se marie dans son village ou à proximité, c’est l’endogamie
géographique et le plus...
tracking img