La princesse de clèves, exposé complet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Princesse de Clèves

Marie-Madeleine de Lafayette (1634-1693)

Edition Gallimard
Paru en 1678

1a. Présentation de l’auteure et de son œuvre

Marie-Madeleine Pioche de la Vergne, plus connue sous le nom de Madame de La Fayette, naît en 1634. Elle appartient à la petite noblesse. Son père, écuyer du roi, fait partie de l’entourage de Richelieu. Sa mère, nièce du cardinal Richelieu estau service de Mme Combalet. Elle connaît vite une élévation à la Cour grâce à sa beauté et son intelligence.
A seize ans, elle devient « fille d’honneur » de la reine Anne d’Autriche. En 1655, elle épouse le comte de La Fayette qui est âgé de dix-sept ans de plus qu’elle. Elle vit un mariage sans passion, ni tragédie, et fréquente les salons parisiens. Elle ouvrira également son propre salon.En 1660, elle se noue d’amitié avec La Rochefoucauld, c’est notamment grâce à lui qu’elle rencontrera des écrivains tels que Racine, Corneille, Boileau et tant d‘autres. C’est également lui et ses amis qui l’incitent à écrire et collaborent avec elle.
Madame de La Fayette n’a signé aucun de ses ouvrages. Quelques ouvrages cependant ont été publiés à titre posthume.
En 1659, parait Le portraitde « Mme de la Marquise de Sévigné par Mme la Comtesse de la Fayette, sous le nom d’un inconnu ». Portrait de sa chère amie intime Mme de Sévigné.
En 1662, elle publie une brève nouvelle historique : « La princesse de Montpensier ». Elle se déroule peu de temps après le moment historique pour La princesse de Clèves. En 1671, « Zaïde », connait un grand succès. Elle l’a rédigé en collaboration avecses amis La Rochefoucauld et Segrais. Ce dernier signera cette histoire espagnole.
En 1678, parait « La princesse de Clèves ». Cet ouvrage connait un immense succès, certainement en raison de la scène de l’aveu par Mme de Clèves à son mari de sa passion pour le duc de Nemours.
Deux ans après la publication de « La princesse de Clèves », son ami La Rochefoucauld meurt, ce qui la toucheraénormément. Trois ans plus tard, c’est son mari, le comte de La Fayette qui décède. Madame de la Fayette décède en 1693.

1b. Autres œuvres

« La comtesse de Tende », une très brève nouvelle, est publiée en 1718 à titre posthume, dans le Mercure Galant.
« Histoire de Madame Henriette d’Angleterre », paru en 1720, à titre posthume également.

2. Présentation de l’ouvrage et du courant littéraireDès sa publication le 17 mars 1678 chez l’éditeur Barbin, La princesse de Clèves connait immédiatement un immense succès. Le roman est publié sous anonymat, il est sous la seule responsabilité de l’imprimeur-libraire. À noter qu’à cette époque, une femme n’était pas censée publier. Le roman est sans doute le résultat d’une collaboration.
La collaboration d’auteurs, au XVIIème siècle, est unepratique courante. Il est possible qu’elle se soit fait aider par son ami La Rochefoucauld, Segrais qui avait signé une de ses œuvres, Zaïde, ainsi que Huet. Il est difficile de chercher à identifier la part que chacun aurait pris dans la rédaction de ce roman, mais les historiens ont pratiquement la certitude que celle qui a dirigé le livre est bien Madame de La Fayette, et qu’elle a su y mettretoute son énergie pour assurer la cohérence de ce roman. Ceci est un élément remarquable, car c’est pratique courante, au XVIIè siècle, de dénigrer les femmes et leur talent pour l’écriture.
La publication anonyme est à ce moment-là une stratégie aristocratique, et féminine àgalement. Mme de la Fayette conserve une distance à l’égard de la « profession d’auteur » car une femme se doit d’êtremodeste. L’attribution de ce roman se révèle alors comme une énigme mondaine mais l’anonymat de Mme de la Fayette ne sera pas conservé bien longtemps, car beaucoup d’indices conduisent à elle. Ce qui indéniablement contribuera à faire connaître cette œuvre dans un cercle très large de personnes, assurant par là même une excellente publicité au roman.
Ce roman est sans doute le chef-d’œuvre de Mme de...