La prison de fresnes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2148 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La prison de Fresnes
La prison de Fresnes est une maison d'arrêt située dans la banlieue sud de Paris, sur la commune de Fresnes. Avec Fleury-Mérogis et la prison de la Santé, c'est l’un des trois principaux établissements pénitentiaires de la région parisienne, et aussi l'un des plus importants de France. Bien que sa capacité soit de 1 444 places, 1 641 personnes y étaient détenues au 28 juin2005. En 2010, le nombre de personnes incarcérées dans la maison d'arrêt s'élève à environ 2200 tandis que le nombre de places serait de 1700.

Histoire
La prison fut construite de 1895 à 1898 par l'architecte Henri Poussin. L'architecture mise en place est innovante et fonctionnelle, elle sera connue sous le nom de plan « en pôle téléphonique ». Pour la première fois, les blocs cellulaires sontdisposés perpendiculairement à un corridor central, qui dessert les autres blocs et les pièces communes. Elle servira de modèle pendant près d'un siècle à bien d'autres prisons en France comme les Baumettes à Marseille, ou aux États-Unis, comme Riker's Island à New York. Comme toute prison importante, la prison de Fresnes a son lot de prisonniers célèbres. Pendant l'Occupation, elle fut utiliséepar les nazis pour emprisonner et torturer résistants et agents des services secrets britanniques. Louis Armand, Marc Sangnier y furent incarcérés et la résistante Bertie Albrecht s'y donna la mort. Les membres de l'Affiche rouge, Manouchian en tête, y furent détenus et torturés pendant plusieurs mois (fin 1943 - début 1944), jusqu'à leur exécution au Mont-Valérien. Après le débarquement enNormandie, la Gestapo exécuta certains des prisonniers, comme Suzanne Spaak, une semaine avant la libération de Paris. Lors de l'épuration qui suivit la Libération, ce furent cette fois des collaborateurs qui y furent incarcérés comme Jean Hérold-Paquis, Pierre Laval, exécuté en octobre 1945 dans les murs mêmes de la prison, l'écrivain Robert Brasillach, emprisonné jusqu'à son exécution en février 1945 etoù il écrivit les Poèmes de Fresnes, et l'industriel Louis Renault, mort dans des circonstances douteuses. Durant la guerre d'Algérie, Fresnes vit incarcérés à la fois des membres : • du FLN, les futurs dirigeants de l'Algérie, • de l'OAS des généraux et de nombreux militaires de l'armée française dont certains furent condamnés à mort : Claude Piegts et Albert Dovecar, tous deux fusillés dans laforêt de Marly-le-Roi ; Roger Degueldre et Jean Bastien-Thiry (responsable de l'attentat du Petit Clémart à l'encontre du général de Gaulle), tous deux fusillés au fort d'Ivre ; le général Jouhaud, qui sera gracié. En 1978, l'administration décida d'y faire entreposer la guillotine, désirant faire de la prison le seul lieu habilité aux exécutions capitales en France. Cependant, la « veuve » yrestera muette, les derniers détenus qui ont été transférés à Fresnes en vue de leur éventuelle exécution ayant tous été graciés ou ayant eu leur peine commuée suite à l'abolition de la peine de mort. Plus récemment, Paul Touvier et Loïk Le-Floch-Prigent y ont été également incarcérés. Parmi les évasions célèbres, on peut compter celle de Antonio Ferrara en mars 2003.

Mutinerie
• Le 9 mai 1985,400 prisonniers de la maison d’arrêt et de l’hôpital pénitenciaire se retrouvent sur les toits. Pendant les affrontements avec la police, qui fait un usage massif de grenades lacrymogènes, un détenu se tue « en tombant de la toiture ».

La prison aujourd'hui
(Données pour l'année 2006) Il y a trois principaux types d’établissements pénitentiaires en France (hors établissements de semi-liberté etcentres de détention pour étrangers ou pour mineurs) : maisons d'arrêt, centres de détentions et maisons centrales, ces deux derniers étant des établissements pour peine, c’est-à-dire des prisons pour personnes condamnées, à la différence des maisons d’arrêt censées n’accueillir que des personnes prévenues (en attente de jugement) et des personnes condamnées à des reliquats de peine inférieurs à...
tracking img