La prison en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1744 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La prison en France

« Les convictions sont des prisons » disait Friedrich Nietzsche il y a plus d’un siècle. Aujourd’hui c’est toujours vrai en France, l’association APERI complète en disant « Rejetée en dehors de nos cités, on préfère l’ignorer plutôt que l’intégrer. Encore faudrait-il pour cela la connaître, car la prison, plus que tout autre sujet, laisse libre cours aux idées reçues ».Ces idées prennent forme dans les notions d’exclusion, de réclusion, touchant les « méchants » que sont forcément les anciens détenus. Comme on dit « la justice ne peut mal faire », il est donc normal que les personnes ayant fait de la prison soient jugées coupable non plus par les juges, mais par le reste de la société une fois leur peine effectuée, le pardon restant un privilège des sages, desjustes.

Une prison est un établissement pénitentiaire où l’on enferme les condamnés mais aussi les prévenus ; la durée de la peine permet de repérer le degré de réprobation sociale de chaque infraction.
La finalité de l’institution carcérale française étant celle de réinsérer les gens, la question se pose alors de savoir comment la notion d’exclusion, corollaire à celle de détention se conjugueà l’intérieur des prisons comme à l’extérieur.
Afin d’y répondre, nous verrons dans un premier temps que la vie au sein des prisons reste extrêmement difficile, et qu’une fois sortis les détenus doivent réapprendre à vivre, leur vie « d’avant » étant définitivement terminée.

I- A l’intérieur de la prison, une vie difficile, une survie nécessaire

Les prisonniers sont le produit le plusvisible du fonctionnement de l’institution judiciaire. La prison est la peine par excellence, la réponse privilégiée aux crimes et aux illégalismes depuis que la Révolution a mis fin aux effroyables châtiments ordonnés par l’arbitraire des juges de l’Ancien Régime.

A] L’infantilisation des détenus, un facteur handicapant pour « l’après »

« Que peut-on espérer d’une personne déjà fragilepsychiquement qui passe plusieurs années entre son lit et la télé dont la seule distraction est de se regarder le nombril, et dont la seule vision se réduit à la saleté de sa cellule, à sortir dans une petite cour où ne pousse pas un brin d’herbe ? Il devient paresseux et assisté. » dit le Docteur Véronique VASSEUR, Médecin-Chef à la prison de la Santé. En effet la vie en prison se résume à celled’un enfant qu’on materne. D’une part les détenus doivent faire une demande écrite pour quoi que ce soit, et d’autre part le service « offert » les rends assistés comme des malades ou des personnes agées. La journée type d’un détenu est organisée comme suit : 22h à l’intérieur de la cellule et 2h de promenade ; Un ancien détenu m’a décrit Son quotidien : réveil à 6h00 avec la relève des surveillantsde jour , petit déjeuner à 7h00, promenade de 9h30 à 10h30, déjeuner vers 11h30 -12h00, puis de nouveau une promenade de 15h30 à 16h30 et pour finir le repas du soir à 18h30, et à 19h00 la fermeture définitive des cellule. C’est en effet les surveillants de nuits qui prennent la relève, et ils n’ont plus les clefs des cellules, seuls le premier surveillant les a, mais il ne se déplace pas. Donc encas de problème il est généralement trop tard quand la cellule peut être ouverte, car il faut le temps qu’un surveillant aille chercher le premier surveillant et que celui-ci arrive avec les clefs… Les surveillants font une ronde toutes les heures et vérifient à l’œilleton qu’il n’y ait rien d’anormal. Ils sont en nombre plus restreints la nuit que la journée.

B] La déshumanisation enversles détenus : le système carcéral, apologie de l’indifférence.

La prison provoque la récidive, elle fabrique de la délinquance par le type d’existence qu’elle fait mener aux détenus, plus encore elle favorise l’organisation de milieux de délinquants solidaires les uns les autres ; D’autre part le fonctionnement interne de la prison est critiquable parce que ca reste un monde clos : les...
tracking img