La propension marginale à consommer chez keynes.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2197 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Analyser les conséquences de la décroissance de la propension marginale à consommer sur le niveau de l’emploi chez Keynes.

Keynes (1883-1946) a publié en 1936 un ouvrage majeur intitulé « La théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie ». son oeuvre a révolutionné la théorie économique, de 1945 à1975 les pays de l’OCDE ont menés des politiques économiques partiellementfondées sur le Keynésianisme. Ce dernier forge un modèle d’analyse global des relations économiques qui plaide en faveur d’interventions ponctuelles de l’Etat pour lutter contre le chômage et juguler les crises. En effet Keynes considère le chômage comme le pire des maux économiques. Ses analyses s’inscrivent dans le court terme,  « A long terme nous sommes tous morts », et en économierelativement fermée.

Keynes distingue deux sortes d’agents, il y a d’une part les entrepreneurs qui par le biais de leurs investissements vont déterminer le niveau de la production et de l’emploi. D’autre part, il distingue les salariés qui sont dans une relation de subordination vis à vis de leurs employeurs.

* **

Le niveau de revenu des ménages constitue l’un des principaux facteurs de la consommation, la propension à consommer désigne alors la part du revenu consacrée à cette dernière. Quant à la propension marginale à consommer, elle fait référence à la part du revenu supplémentaire qui est consacrée à la hausse de la consommation lorsque le revenu augmente.
Pour Keynes il ya égalisation entre l’épargne et l’investissement étant donné qu’ils sont tous deux égaux aux recettes totales nettes de la période moins les dépenses de consommation. Cependant il perçoit l’épargne comme un résidu. Quant à l’investissement, il constitue le générateur de la croissance car il entraîne la dépense et par la suite la formation du revenu. D’autre part, la consommation qui est unefonction du revenu, est primordiale dans les décisions de production comme on le verra dans la suite de l’exposé.

Keynes a énoncé une théorie capitale dans le cadre de son raisonnement, celle de la loi psychologique fondamentale. Il nous explique à travers cette loi qu’à mesure que le revenu augmente, la consommation augmente, mais mois que proportionnellement. Autrement dit, lorsque l’on aune hausse du revenu, la consommation va augmenter dans une proportion moindre, ainsi c’est l’investissement qui devra combler la différence.

Or l’investissement dépend en partie de la consommation. En effet, la demande globale anticipée par les entrepreneurs va jouer un rôle décisif dans les choix de production de ces derniers, elle rassemble à la fois la demande de biens de consommationqui est par ailleurs une fonction des revenus distribués, et la demande escomptée de biens d’équipements. En effet, la demande globale anticipée est l’un des facteurs qui régit le montant des recettes globales attendues par les entrepreneurs. L’ensemble des profits et des revenus de facteurs anticipés constituent le montant des recettes globales attendues. En effet, Keynes accorde une importanceprimordiale à l’analyse de la demande effective. C’est en fonction de cette dernière que les entrepreneurs vont déterminer le niveau de production et par la même le niveau de l’emploi. Chez Keynes il n’y a pas de marché de travail dans lequel est confronté l’offre et la demande.

Keynes remet en cause la loi des débouchés de Say selon laquelle l’offre crée sa propre demande ce qui sousentend qu’ il n’y aurait pas de problèmes de débouchés. D’après Keynes, ce sont les dépenses qui déterminent les recettes générant le revenu, ainsi ce dernier résulte des ventes contrairement à la théorie de Say. D’autre part, la consommation est financée par un revenu au préalable contrairement à l’investissement qui est notamment financé par le crédit bancaire. Dans ce cadre là rien n’assure...
tracking img