La psg

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1674 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
SUJET : Dissertation sur la PSG

Lors de l’assemblée générale de la confédération A Tia I Mua du 03 octobre 2009, deux grands thèmes ont été présentés : le logement social des salariés, et la protection sociale généralisée (PSG). Nous ciblerons toute notre attention sur ce deuxième thème. En fait, la PSG concerne la couverture de l’ensemble des risques majeurs de l’existence. Cinqbranches en ressortent: la maladie, les accidents du travail, la vieillesse, la famille, le handicap. C’est la caisse de prévoyance sociale (CPS) qui est chargée de gérer notre protection sociale. Mais aujourd’hui, pour l’année 2009, son budget général est de 101 milliards de francs de prévisions de recettes annuelles pour 104 milliards de francs en dépenses, soit un solde négatif de près de 3milliards. Il est clair que les dépenses augmentent plus vite que les ressources et cela va s’accentuer dans les années à venir. Il faudra donc trouver les moyens pour renflouer ce trou. Mais comment combler le déséquilibre budgétaire de la PSG ?
Pour bien cerner le sujet, il faut voir avant tout la mise en place et le rôle de la PSG sur le territoire. D’autre part, les grandes causes du déficitbudgétaire de la PSG engendrent une multitude de mesures qui ne demandent qu’à être effectives.

En effet, la PSG est un système de cotisations sociales mis en place en Polynésie française en 1995. Aujourd’hui, elle joue un rôle prédominant dans nos vies et surtout pour notre avenir.
La protection sociale généralisée (PSG) a été mise en place le 1er janvier 1995. Elle a eu pour principal objectifd’établir le principe de la couverture maladie obligatoire. En effet, « doit être obligatoirement couverte pour le risque maladie, toute personne séjournant légalement sur le territoire depuis plus de six mois ». La PSG comprend les assurances sociales, les accidents du travail et maladies professionnelles, les prestations familiales et l’aide sociale. Ce dispositif est assuré par trois régimespolynésiens : Tout d’abord, le Régime des Salariés (RGS) s’applique à toute personne exerçant une activité professionnelle salariée en Polynésie française et ses ayants droit, ainsi qu’aux bénéficiaires du régime de retraite des salariés. Ensuite, le Régime des Non Salariés (RNS) concerne les personnes non ressortissantes du RGS dont le revenu brut mensuel individuel ou du couple (mariés ou concubins)apprécié sur une base annuelle est égal ou supérieur à 87 346 CFP mensuel, et à leurs ayants droits. Enfin, le Régime de Solidarité de la Polynésie française (RSPF) s'étend aux personnes non prises en charge par un autre régime d’assurance, tant en qualité d’ouvrant droit que d’ayant droit dont le revenu brut mensuel individuel ou du couple (mariés ou concubins) apprécié sur une base annuelle estégal ou inférieur au à 87 346 CFP mensuel, et à leurs ayants droits. Chacun de ces trois régimes est administré de façon autonome et géré par la CPS.
Aujourd’hui, le rôle de la PSG est un chantier ambitieux, délicat mais urgent pour notre collectivité. La nécessité d’adapter la nature des prestations aux enjeux sociaux de notre collectivité et la nécessaire définition de nouveaux modes definancements plus justes et plus rentables, commandent d’entamer une réforme d’envergure: garantir l’ensemble de la population contre les principaux risques sociaux essentiels (maladie, accidents du travail, vieillesse…). La mission première de la PSG est de renforcer l’égalité entre les Polynésiens en matière de prestations, d’où la mise en place de la Contribution Sociale territoriale (CST), destinéeà financer la protection sociale de la population la plus démunie. Elle est directement reversée à la CPS et finance le régime de solidarité. Cette contribution est appliquée à tous les revenus, y compris les revenus salariaux (pour qui c’est le seul impôt sur le revenu). Par conséquent, ce système traduit les valeurs principales de la collectivité polynésienne : la solidarité et le...
tracking img