La publicité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il y a de cela quelques jours, je me suis baladée en ville. Flâner sous le soleil printanier, quelle détente ! Mais je semblais être la seule à profiter du retour des beaux jours. Les gens me parurent si pressés, allongeant le pas et bousculant ceux qui avaient l'audace de se mettre sur leur chemin. Je cherchais alors refuge dans le silence rassurant d'une librairie. Ici, les clients s'excusentlorsqu'ils vous passent devant, lorsqu'ils tendent le bras sous votre nez pour attraper un livre. Ils prennent le temps de décrypter les résumés, d'admirer les couvertures colorées, de choisir le cadeau qui fera plaisir. J'errais entre les rayons et tombais sur un ouvrage au titre sibyllin : "l'Emile". Je le feuilletais et tombais sur cette citation : "Oserais-je exposer la plus grande, la plusimportante, la plus utile règle de toute éducation ? Ce n'est pas de gagner du temps, c'est d'en perdre." Quelle affirmation audacieuse ! A l'heure où tout doit se faire vite, où le progrès avance a une vitesse phénoménale, où l'attente se compte en minutes, où un trajet devient long dès que l'on parle d'heures, cette phrase peut paraître anachronique. Que penserait Rousseau de nos classes de vingtenfants, de nos programmes scolaires rigides, de ces parents qui préfèrent confier leurs enfants à une crèche pour gagner du temps pour eux ?

On peut alors se demander quels sont les avantages de gagner du temps. On a plus de temps pour faire autre chose de plus important, mais quoi de plus important que l'éducation de la génération future ? De plus, en passant rapidement sur la matière àassimiler, l'enfant comprend mal ce qu'on veut lui transmettre. Il stresse, se déprécie, essaie de comprendre malgré tout et quand il a enfin réussi à mettre le doigt sur son problème, il n'a plus le temps de poser sa question au professeur que, déjà, l'évaluation arrive. En passant rapidement sur ses sujets, le professeur n'a pas à faire face a son propre échec pédagogique. Il pense tout réussir à unetelle vitesse qu'il ne voit pas les enfants qui nagent dans trop de matière. Quel est alors le résultat ? En pensant gagner du temps, on en gaspille inutilement. On brasse de l'air, pensant qu'éduquer un enfant le plus rapidement possible est la meilleure solution. On se retrouve finalement avec un enfant n'ayant véritablement assimilé aucune connaissance, il n'a aucune base solide pour construireson avenir.

Ou alors, on a face a nous un élève sur de ses capacités, qui comprend tout dès la première explication. Il a d'excellentes notes aux examens, pas de quoi s'inquiéter. Mais retrouvez le même écolier quelques mois, quelques années plus tard, aura-t-il encore toutes les connaissances qu'on lui a inculquées d'un coup ? Pourra-t-il toujours résoudre le problème mathématique de la findu chapitre, écrire la chronologie des guerres napoléoniennes ou encore énumérer les multiples conjugaisons anglaises ? Permettez moi d'émettre quelques réserves a ce sujet.

De ce fait, nous pouvons nous demander quels sont les avantages de perdre du temps ? Dès ce moment survient une autre question : peut-on vraiment parler de perdre du temps en matière d'éducation ? On perd du temps enchoses futiles, inutiles, qualificatifs contraires à la nature de l'éducation. "Perdre" est connoté négativement. En effet, notre société est construite sur la peur de perdre son temps. Il y a tellement de choses à faire en une vie ! Cela paraît si court ! Comment expérimenter toutes les sensations qui s'offrent à nous en si peu de temps ? Combien de fois ais-je entendu une mère gronder son enfantpendant les devoirs scolaires en lui disant "Je perds mon temps avec toi !".

Il est alors plus juste de parler de "prendre du temps". On prend du temps pour faire quelque chose qui nous plait, on profite de faire les choses pleinement. C'est ce qui faudrait faire idéalement avec l'éducation. On prendrait alors le temps de s'arrêter sur la façon d'apprendre de chaque élève, on prendrait le temps...