La question sociale au xix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partie n°3 : la révolution industrielle

-------------------------------------------------
LA QUESTION SOCIALE AU XIXe (fiche)

• pq une telle misère ouvrière ?
logique de l’entreprise : logique de profit, course aux rendements, à la productivité.
 surabondance de main-d’œuvre > bas salaires.
 Ce ne serait plus l’ordre capitaliste qui serait directement en cause ms lstransformations qui s’opèrent (R. démographique, R. agricole)
 urbanisation précaire.
 caractéristique des techniques à l’époque : caractère dgx ds tâches 

• 1 1er dépassement s’est esquissé ms il fut incomplet :
 lois sociales en réponse aux pressions
 étendue du suffrage universel : le système pol est capable de prendre en compte les aspirations ds classes pop/ la démocratisation del’État participe de ce processus.
 luttes : grdes centrales syndicales se forment et s’intègrent

« Le capitalisme ne laisse subsister d’autres liens entre les hommes que le froid intérêt et les dures exigences du paiement. ». Marx

I. L’ampleur de la question sociale au XIXe : les profondes inégalités d’une nouvelle société de classes et la dureté de la condition ouvrière.

A. Unbouleversement social, des inégalités nouvelles.

1). Une crise du monde rural.

-------------------------------------------------
 loi de Clark : « l’agriculture dans toutes les sctes semble tendre très régulièrement vers un accroissement du produit par tête et par heure de travail. Avec la diminution de la demande relative cette tendance ne peut manquer de provoquer une réductionprogressive de la main-d’œuvre agricole. »
-------------------------------------------------
 processus inéluctable de diminution de la qte de travail nécessaire ds l’agriculture > exode rurale. Le monde rural se transforme.

• partie la + pauvre de la paysannerie (celle qui disposait des terres collectives) victime ds enclosures.

• Une partie de la paysannerie vit de l’artisanat :double métier
 Or en l’espace d’1/2 siècle : artisanat rural ruiné par l’usine, par la machine à vapeur.

• mvmts sociaux ds ce monde rural britannique (luddistes).

• Parfois, combinaison pression démographique + mvses récoltes > véritables pénuries alimentaires ds le monde rural.

2). La naissance d’une société de classes.

• passage d’une scte d’ordre à une scte nvle quien th. célèbre l’individu, ses drts, l’=, la fraternité. Or cette scte devient assez rpdmt une scte de classe.

-------------------------------------------------
 formation d’une classe ouvrière 

• origines = exode rurale et démantèlement ds anciennes corporations 

• en 1 siècle, la classe ouvrière devient la 1ère catégorie de la population : scte ouvrière = composante forte de lanation.


-------------------------------------------------
 le XIXe = siècle de la bourgeoisie « conquérante » selon Marx.

• bourgeoisies étroitement associées au pouvoir, classe dominante (esprit d’entreprise)

• aristocraties inégalement présentes
 RU : biens présentes : gentry rurale a participé à la RI. La tendance de l’aristocratie britannique a été une conversion auxaffaires. Elle est ds ls conseils d’administration, elle est tte une partie du monde de la city
 en France : ≠ : la noblesse de l’aristocratie a perdu la réalité du pouvoir. Elle est revenue ac la restauration. Ms elle est plutôt présente or du capitalisme pur ; plutôt ds la haute administration, ds la magistrature, ds la diplomatie, ds l’armée.

• rapprochement entre bourgeoisie etaristocratie très prst au RU 

• Essor d’1 « classe moyenne » (« petite bourgeoisie » selon Marx) : elle partage l’idéologie de la classe dominante ss être bénéficiaire du système car elle n’est pas proprio ds moyens de production.
 Classe moyenne ds employés, du petite commerce + bcp de nvles professions 
 Essor des professions libérales (avocats, médecins).

diversité de la scte....
tracking img