La question sociale en europe au xviiie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6287 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La question sociale en Europe (1789 1914)

Introduction

« En ce siècle tout est d’airain, tout est de fer », Victor Hugo
Ainsi le grand XIXe siècle est avant tout celui de la misère ouvrière, du travail des enfants et de la paupérisation. Pourtant il s’agit aussi du siècle des progrès et des acquis sociaux : c’est en effet au XIXe siècle que se forme la question sociale, question quisous-tend ensuite l’essentiel des dynamiques européennes jusqu’à nos jours. On entend ici par question sociale les aspects de la société et de la vie en société qui posent problème en Europe, tout ce qui est relatif au monde du travail et au rapport entretenu entre les différents classes sociales. La notion de « question » sociale sous entend une problématique sociale, le besoin d’une évolution.
Avantla fin du XVIIIe siècle, cette question sociale n’est pas réellement présente au Europe (on inclut dans cette notion d’Europe la Russie qui à l’époque entretient un lien culturel et politique très fort avec ses voisins de l’ouest) dans la mesure ou les sociétés ne subissent que peu de transformations et ou les élites n’ont pas conscience de ce problème social.
Les évènements de 1789 marquent ledébut d’une nouvelle période dominée par de nouvelles valeurs et de nouvelles données sociologiques. Les sociétés européennes s’engagent alors dans des mutations qui les transforment radicalement, ce jusqu’à l’aube de 1914.
Entre transition économique, maintien de l’ordre et réel ambition de modernisation, plusieurs problématiques peuvent être explorées concernant la question sociale en Europe :l’année 1789 et ses répercussions à l’échelle européenne ouvre t’elle bien une nouvelle ère au sein de laquelle la question sociale occuperait une place centrale ? Quels sont les moteurs et les enjeux de cette question sociale dans les sociétés européennes durant le grand XIXe siècle ? Doit on parler de la question sociale ou des questions sociales ? Enfin, cette même question sociale a t’elle trouvédes réponses en 1914 ?
Pour tenter de répondre à ces questions, il s’agit d’organiser la réflexion en trois axes qui sont les suivants :
Tout d’abord dans un premier temps, de 1789 au Congrès de Vienne (1814), on assiste à une prise de conscience européenne bredouille de la question sociale. Ensuite, de 1814 au printemps des peuples (1848), l’impossible retour en arrière et les transformationssociales ne permettent pas aux élites de répondre à la question sociale de façon convaincante. Enfin, de 1848 à 1914, on assiste réellement à l’avenement ainsi qu’à l’internationalisation de la question sociale avant que celle ci ne soit étouffée par la montée des nationalismes au début du XXe siècle.

La révolution française postule la fin des privilèges, et le début d’une hypothétique égalitésociale. Epousant les courants idéologiques naissant de l’époque à l’image du libéralisme, elle permet bien à l’Europe de se repositionner au cours du siècle suivant. L’œuvre de Napoléon à ce titre est aussi importante à l’échelle européenne. Pour autant, il ne semble pas encore y avoir en Europe entre 1789 et 1814 une réelle prise de conscience de la question sociale.

I°/ De la RévolutionFrançaise à la chute de Napoléon, une Europe qui prend conscience de la question sociale

A : 1789, la rupture idéologique (droit de l’homme, les Lumières)

1789 et la révolution française marquent en effet une véritable rupture dans l’histoire européenne et ce notamment de par leur portée idéologique et les nouvelles valeurs qu’on tente à l’époque de mettre en place. Inspirée en grande partie de larévolution américaine un siècle plus tôt, c’est l’avènement d’une nouvelle philosophie politique basée sur le courant des Lumières, plaçant l’individu au centre de la pensée. Première vraie rupture avec l’ancien régime, la révolution offre ainsi une alternative, pour la première fois il apparaît que les choses peuvent changer, l’ordre aussi divin soit il peut être bouleversé. La révolution...
tracking img