La question d'orient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1392 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La question d’Orient (1774-1878)
I Réformes dans un empire en crise

Au moment où la sultan Selim III arrive au pouvoir (avril 1789), l’Empire ottoman est une nouvelle fois en guerre avec les Russes et les Autrichiens: avec ceux-ci, la paix de Svitchov (août 1791) marque pour près d’un siècle la fin des hostilités et la statu quo frontalier; avec les Russes, en revanche, ce sont de nombreuxterritoires qui doivent être concédés à la paix de Jassy (janvier 1792). Selim III veut alors apporter des réformes dans l’Empire, en particulier dans l’armée: la promulgation du Nizam-i-djedid (nouveau règlement, 1793) est un signe insuffisant car il ne rénove pas de façon profonde le corps des janissaires, trop souvent à l’origine des troubles. D’autre part, dans plusieurs provinces des rébellionséclatent: en Syrie, au Hedjaz, en Bulgarie, en Serbie. À cela s’ajoute l’expédition de Bonaparte en Égypte qui provoque une crise sérieuse dans les relations franco-turques (1798-1801). Lorsque, à nouveau, Selim III cherche à réorganiser l’armée, les janissaires se révoltent, marchent sur Constantinople, déposent le sultan qui est exécuté peu après (juin 1808); à Mustafa IV, sultan pour quelquessemaines, succède Mahmud II (1808-1839) qui va être l’initiateur des réformes. Ayant signé avec les Russes la paix de Bucarest (mai 1812) qui octroie à ceux-ci la Bessarabie et reconnaît aux Serbes une certaine autonomie, Mahmud II entreprend une série de réformes dont la principale se situe en juin 1826 avec la suppression des janissaires qui sont massacrés. Mais ces réformes sont encorelimitées: par la suite, elles sont reprises et complétées par le sultan Abdul Medjid qui, par la promulgation de Gülhane (3 novembre 1839) inaugure véritablement la période des réformes, les Tanzimat. Par cet édit, il est décidé que tous les sujets de l’Empire sont égaux, sans distinction de religion ou de nationalité, que la loi est la même pour tous, que chacun versera directement à l’État des impôts enproportion de sa fortune, que le service militaire est institué et effectué par tirage au sort. Des réformes sont également introduites dans l’enseignement traditionnel: elles ne commencent à être effectivement appliquées que sous le règne du sultan Abdul Aziz (1861-1876). Le pouvoir central est organisé à l’européenne avec départements ministériels et ministres responsables; en mai 1868 sontcréés un Conseil d’État et une Cour suprême de justice, tous deux composés de musulmans et de chrétiens. Enfin, il faut noter l’apparition de journaux, d’abord officiels, ensuite privés. Toutes ces réformes ont lieu alors que l’Empire est secoué par de graves crises, plus spécialement par des soulèvements à caractère national; en Serbie où, après quinze années de lutte, les Serbes obtiennent que leurprovince soit reconnue comme principauté autonome, sous suzeraineté turque; en Épire où Ali de Tépédélen tient tête aux Ottomans pendant vingt ans (1803-1822); en Égypte où Méhémet Ali se fait proclamer gouverneur (1805), liquide le régime féodal et militaire des mamelouks (1811) puis impose son autorité au Hedjaz (1812), aux wahhabites d’Arabie (1818) et au Soudan (1821).

II

Émancipation del’Égypte et de la Grèce (1797-1830)

Le deux crises les plus sérieuses se produisent successivement à propos de la Grèce et de l’Égypte. Au mouvement idéaliste de libération lancé par Rhigas en 1797 succède en 1821 une insurrection nationale qui vise à l’indépendance totale de la Grèce. Cette insurrection est vivement soutenue par le tsar Nicolas Ier, plus mollement par les Anglais, peu soucieuxde favoriser la pénétration russe, et par les Français, en bons termes avec les Ottomans. Ceux-ci font appel aux troupes égyptiennes de Méhémet Ali qui occupent la Crète, puis la Morée (1822-1825). Lorsque, en mars 1826, par le traité d’Akkerman, en Ukraine, Nicolas Ier obtient des Turcs d’importantes concessions, l’Angleterre réagit et suscite une médiation internationale, repoussée par le...
tracking img