La république

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1181 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Il s'agit, d’un texte tiré du livre VII de La République qui est l'ouvrage le plus connu et le plus célèbre de Platon en raison, entre autres, du modèle de vie communautaire exposé et de la théorie des Idées que Platon y expose et défend, qui traite de l'éducation que doit recevoir le philosophe destiné à gouverner la Cité idéale construite dans les livres précédents par Platon, Socrate. Platongénéralement considéré comme l'un des premiers et des plus grands philosophes occidentaux critique la théorie selon laquelle l’éducation reviendrait à une accumulation de connaissances dans laquelle l’Ame n’aurait préalablement aucun rôle à jouer, qu’il s’agirait d’inculquer une Ame vide. Il faudra donc savoir que pour Platon, philosophie et éducation sont liées, et que nous sommes ici dans uncontexte où l'éducation est envisagée philosophiquement.


D’abord, dans le premier paragraphe, il s’agit de prendre conscience du fait que l’éducation, dont il s’agit de rechercher la façon correcte de la penser, peut ne pas être ce que l’on a l’habitude de dire. On ne sait donc pas ici, quelle définition de l’éducation a Platon, mais on sait qu’elle consiste à croire qu’éduquer quelqu’un,c’est “mettre la science dans l’âme”, comme on met la vue dans l’organe. Le “où elle n’est pas” semble ici s’assimilé comme étant la thèse réfutée ici par Platon. En effet, il semble bien que ce que ne voient pas ces derniers, c’est que l’âme n’est pas un contenant vide, puisque croire qu’éduquer consiste à remplir l’âme de connaissances (contenus) c’est bien croire que la science, comme il le dit,n’est pas dans l’âme. L’âme serait donc entièrement vide, avant l’éducation ou l’apprentissage. La conception que critique donc dans ce texte Platon, est celle-ci, puisqu’il s’agit bien de soutenir que tout ce qu’on apprend vient du dehors dans l’âme conçue comme réceptacle où n’importe quoi d’extérieur à cette âme peut y être assimilé.En quoi consiste cette analogie? Elle met en jeu quatre termes, à savoir : la vue, les yeux, l’âme, la science. La vue, c’est la faculté de voir, ou l’acte de voir, et les yeux (aveugles) sont l’organe par lequel la vue est possible. On peut dire que dans cette analogie, l’âme correspond aux yeux (organe) et la science, à la vue (faculté). Il veut nous dire ici (Socrate), que les yeux aveuglespuissent être éduqués à l’acte de voir, à voir, puisqu’ils n’ont pas la faculté ou prédisposition à la vue, c’est à dire qu’on ne peut pas commencer à apprendre, si on ne sait pas déjà ce qu’on cherche. Cette analogie montre donc bien l’absurdité cette conception de l’éducation, puisque, en effet,si l’éducation consiste à mettre la science dans l’âme, alors, c’est comme si on disait que l’on peut mettre la vue dans les yeux aveugles (organe incapable d’acquérir la vue). L’analogie nous montre que, dans la conception de l’éducation qu’il s’agit de critiquer, c’est que cela revient à dire que dans une âme ne sachant rien du tout, on peut mettre de la science, ce que pourtant, pardéfinition, elle ne sait pas.

Ensuite, dans le deuxième paragraphe, Platon montre que la conception de l’éducation traité dans le premier paragraphe était une fausse conception de l’éducation, il s’interroge, afin de trouver quelle est la véritable conception de l’éducation, pour montrer que la conception précédente ne peut pas être valable, cela va aboutir sur quoi tout apprentissage doit porter. Laquestion qu’il se pose ici est celle de savoir ce qui est nécessaire pour que l’apprentissage soit rendu possible, étant donné que dans le premier paragraphe, on la rendait impossible. Ici, il s’agit de se placer du côté du sujet qui va être éduqué. L’âme a donc une faculté d’apprendre : c’est-à-dire, une prédisposition. Ce qui présuppose qu’elle n’est pas vide de tout contenu. On donc...