La révolution 10

Pages: 23 (5588 mots) Publié le: 25 avril 2009
La Convention

 

La réaction Thermidorienne
juillet 1794 - novembre 1795
Thermidor an II - Brumaire an IV

 
La réaction politique et économique
La réaction politique et la chute des Jacobins
La victoire du Centre
Le matin du 28 juillet (10 thermidor), les députés de la Convention sont accueillis par des acclamations à leur sortie des Tuileries et les moins acclamés ne sont pasTallien, Barras ou Fréron. Ces bourreaux d'hier sont aujourd'hui les coqueluches de la foule parisienne. Derrière eux, le "Ventre" de la Convention allait enfin prendre le pouvoir. Tout ce centre qui était resté tapis et silencieux depuis bientôt deux ans, tous ceux qui avaient suivi la Montagne contre la Gironde il y a 12 mois puis qui s'étaient prononcés contre Robespierre il y a quelques joursreprenaient courage. Un parti nouveau se constituait écartant d'une part les Montagnards les plus impliqués dans la Terreur et d'autre part la droite de la Convention. Lindet et Cambacérès dans des discours différents justifieront cependant la Terreur passée mais la réprouveront pour l'avenir, tous deux parleront d'unions et annonceront la fin de la révolution. La Convention ne reniait pas l'' uvreaccomplie, Marat allait être transféré au Panthéon le 21 septembre 1794.
Le remaniement gouvernemental
Le 29 juillet (11 thermidor), sur proposition de Tallien, la Convention décrétait que les différents comités révolutionnaires seraient renouvelés par quart chaque mois. Prieur de la Côte d'Or et Jeanbon Saint André furent les premiers écartés remplacés par Tallien et Thuriot. Attaqués par lepamphlet "La Queue de Robespierre" Billaud-Varenne, Collot d'Herbois et Barère démissionnèrent peu après du comité de salut public qui voyait ses attributions réduites à la diplomatie et à la guerre, David était exclu du comité de sûreté générale. La Terreur abandonnée, le Tribunal révolutionnaire n'était plus occupé qu'à juger les terroristes et ceux-là même qui y siégeaient hier encore.Fouquier-Tinville lui-même est emprisonné, les comités révolutionnaires disparaissent trop occupés à sauver leur propre tête. Début août plus de cinq cents suspects sont libérés, des milliers de personnes suspectes sortent de leur cachette.
Les derniers jacobins et les muscadins
Certains Montagnards moins souples refusent ce retournement de situation et tentent de résister à ce reflux. Paradoxalement ce seraTallien qui mènera campagne contre ces Jacobins, pressé qu'il était de présenter à la foule des boucs émissaires dont il ne serait pas. En effet après une période de calme et de joie retrouvée, un mouvement de réaction populaire allait aiguillonner la Convention. Depuis fructidor une campagne de presse était lancée contre les Jacobins et les sans-culottes par "l'Orateur du peuple" de Fréron ou"l'Ami du citoyen" de Tallien. Au théâtre des pièces anti-jacobines étaient jouées et applaudies. Dans les rues, dans les théâtres et même dans les tribunes de la Convention on chantait "le Réveil du Peuple" de Souriguière et Gaveaux.

Peuple français, peuple de frères,
Peux-tu voir sans frémir d'horreur
Le crime arborer les bannières
Du carnage et de la Terreur ?
...
Le jour tardif de lavengeance
Fait enfin pâlir vos bourreaux !

Rapidement on passe des paroles aux actes. Les "muscadins", représentant de cette jeunesse dorée, bas blanc, collet noir, large cravate, botte basse et oreille de chien, armés de leur "pouvoir exécutif" un gourdin ils arpentent les rues de la capitale et malheur au sans-culottes ou au bonnet rouge qui viendraient à croiser leur chemin. Ils molestent lescolporteurs des derniers journaux jacobins, fouettent les anciennes tricoteuses et brisent les bustes de Marat dans les lieux publics. Un journal Jacobin "Le Journal des Hommes Libres" écrit dès fructidor "Entendez les plaintes des patriotes opprimés par l'aristocratie qu'on lâche si imprudemment !". L'aristocratie n'a cependant pas grand chose à voir avec ces muscadins, ce ne sont que des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • Révolutions, révolution

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !