La révolution 12

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3489 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Directoire

 

Le second Directoire
Septembre 1797 - Novembre 1799
Fructidor an V - Brumaire an VIII

La France sous le Directoire
Le 18 fructidor marque une profonde rupture dans l'histoire du Directoire. Jusqu'ici la politique du Directoire pouvait être considérée comme modérée, à compter de fructidor elle allait maintenant laisser place à une censure accrue à une politiquerépressive et à des coups d'états à répétition.
Une nouvelle vague anti-royaliste et anti-émigrés allait rapidement s'installer ainsi qu'une nouvelle terreur anticléricale. Paris demandait à la Prusse de chasser Louis XVIII de sa résidence de Blankenberg, la persécution religieuse allait reprendre en France et en Belgique suivie par des déportations massives de prêtres.
L'écrasement de la droite par lecoup d'état du 18 fructidor ne pouvait que profiter aux Jacobins à plus ou moins longue échéance.
Terreur anticléricale
Un nouveau serment de haine à la royauté allait être exigé de tous les prêtres et fonctionnaires du pays. Une nouvelle terreur s'installait dirigée contre les prêtres et les nobles. Les plus chanceux parvenaient à s'enfuir produisant une nouvelle vague d'immigration les autresétaient condamnés à la déportation. Ce sont quelques 1500 prêtres français et 8000 prêtres belges qui furent touché par cette répression pendant l'an VI. Certains furent déportés en Guyane dont peut revinrent, d'autres furent libérés par la flotte anglaise durant leur transfert mais la plus grande majorité connue une effroyable captivité à l'île de Ré ou à Rochefort. "Sur 193 ecclésiastiquesqu'emporte la Décade, 39 seulement, vingt et un mois après, auront échappé aux fièvres de Guyane" nous dit Louis Madelin. Même les prêtres jureurs de l'Eglise Constitutionnelle ne sont pas épargnés, "Grégoire Premier de Paris" est aussi maltraité que "Pie Dernier de Rome" par les journaux jacobins.
Le directeur La Revellière-Lépeaux avait vainement tenté d'imposer un nouveau culte, la Théophilantropie,rapidement ridiculisé par la rue. On mis alors en place le culte décadaire, qui se célébrait le dixième jour de la semaine par la lecture des lois et des circulaires officielles. Lors de ces cérémonie, on exaltait le civisme, les progrès de la science et de l'agriculture … en vain les habitudes et surtout le refus d'une semaine plus longue de 10 jours maintinrent le dimanche comme jour de repos.Le dernier coup porté au catholicisme se fit à Rome. Le 28 décembre 1797, les Romains s'insurgeaient contre le pillage de leur ville par les Français et tuaient le général Duphot. Le 20 janvier 1798, le général Berthier occupait Rome puis, sur les ordres du Directoire, enlevait Pie VI pour le déporter à Florence. Pie VI sera ensuite transféré en France en avril 1799 où il mourra le 29 août 1799 àValence. L'église catholique était au plus mal.

Effort économique
Dès l'an VI la déflation, due à l'assainissement financier effectué par Ramel en 1798, commençait à faire sentir ses effets. Conjugué avec les bonnes récoltes, la baisse des prix agricole entraînait une baisse du pouvoir d'achat des paysans. Par réaction en chaine, les prix s'effondraient, l'industrie et l'agriculture étaienttouchées et le commerce se paralysait lentement. Le chômage s'installait donnant place à une misère grandissante, les petits rentiers récemment touchés par la banqueroute des 2/3 grossissaient cette plèbe affamée. Face à cette misère l'état semblait impuissant et ne parvenait pas à rétablir l'équilibre budgètaire. Les impots ne rentraient pas et la vente des biens nationaux ne fournissait que peu denuméraire. Des réformes efficaces avaient cependant été mise en place mais leur effet ne se faisait pas encore sentir, dans quelques mois le Consulat en profiterait. Il manquait alors la confiance à un régime décrié et montré du doigt. Les victoires militaires qui au début du Directoire avaient permis de faire entrer dans les caisses du trésor d'importantes sommes prélevé dans les pays...