La révolution 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2801 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L'assemblée constituante

fin de la monarchie absolue

Prise de la Bastille

Mouvements de troupes autour de Paris
Les mouvements de troupes autour de Paris s'intensifient cependant. Le 8 juillet un témoin note "Le régiment Royal-Allemand campe dans le bois de Boulogne. Quatre régiments suisses campent dans le Champ-de-Mars. Provence-infanterie est arrivé aujourd'hui à Saint Denis et letrain d'artillerie a été établi à l'hôtel des Invalides", soit environ 30000 hommes placés sous l'autorité du Duc de Broglie (70 ans) secondé par le général Besenval.
A l'Assemblée, un comité de constitution s'est organisé autour de Mounier et commence à discuter des préliminaires de la constitution. Le 11 juillet, La Fayette, inspiré par les Etats Unis, suggère qu'une Déclaration des droits del'homme soit placée en tête de la constitution. Les députés s'inquiètent cependant d'une part des troupes qui arrivent sur Paris et d'autre part du peuple parisien qui commence à s'agiter pour des raisons d'approvisionnement difficile (queues aux boulangeries, pain de mauvaise qualité).
Renvoi de Necker
Le 11 juillet, Louis XVI, pressé par son entourage, renvoie Necker tenu responsable du désordre.Le lendemain, la nouvelle connue à Paris provoque une consternation générale, on craignait sans ce ministre la banqueroute de l'état, la disette générale et peut être une dissolution de l'assemblée.
Au Palais Royal, propriété du Duc d'Orléans où la police ne pouvait pénétrer, des orateurs agitaient le peuple par des harangues enflammées. Parmi eux Camille Desmoulins debout sur une table appelleles Parisiens à l'insurrection "Aux armes, ... M. Necker est renvoyé: ce renvoi est le tocsin d'une St Barthélemy des patriotes ...courrons aux armes ! prenons tous des cocardes vertes, couleur de l'espérance ...".
Des cortèges de manifestants parcouraient la capitale, aux Tuileries un léger affrontement eut lieu entre des dragons du Royal-Allemand et la foule. Quelques civils furent blessés maisla rumeur en amplifia le nombre et l'émeute éclata soutenue par les gardes-françaises. Le général Besenval n'osa pas intervenir avec pourtant 5000 hommes et Paris fut livré à l'émeute. Toute la journée du 13 juillet on assista à des scènes de pillage et d'incendie : l'anarchie s'installait dans la capitale.

Les bourgeois s'inquiétaient du tour que prenaient les événements et de l'insécuritécroissante. A l'Hôtel de Ville où s'étaient réunis "les électeurs" qui avaient participé aux élections des députés on décida de créer une milice bourgeoise. Restait à l'armer sur décision du maire de Paris Flesselle alors prévôt des marchands; il hésite cependant à faire donner des armes à une foule aussi agitée, ce qui lui coutera la vie le lendemain.
Prise de la Bastille.
Le 14 juillet, c'estcette quête d'armes qui entraîna les foules tout d'abord aux Invalides où elles s'emparent de 3000 fusils et d'une douzaine de canons puis à la Bastille. Pourquoi la Bastille ? Dépôt d'armes ou symbole de l'absolutisme royal ?
La défense en est assurée par 80 invalides peu motivés, une trentaine de soldats suisses et une vingtaine de canons de calibres divers, le tout aux ordres du Marquis deLaunay. Du côté des assaillants, venus pour la majeure partie du faubourg St Antoine, on dénombrait 954 personnes qui reçurent en juin 1790 le titre de "vainqueurs de la Bastille".
Après quelques pourparlers avec des représentants "des électeurs" venus négocier avec de Launay, les assaillants dirigés par Hulin (qui deviendra général sous l'Empire), prennent d'assaut la forteresse qui capitule au boutde 4 heures (bilan des pertes du coté des assaillant on dénombre une centaine de tués et autant de blessés, côté garnison 4 tués après la reddition). On libéra alors les sept prisonniers qui s'y trouvaient, 4 faussaires, 2 fous et 1 libertin et on emmena de Launay et ses soldats à l'hôtel de ville. En chemin, de Launay sera massacré par la populace et sa tête plantée au bout d'un pique défilera...