La révolution 6

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L'Assemblée Législative

La course à la guerre
La chute de la monarchie

Automne 1791 - Eté 1792

Bilan de la Constituante
Le travail accompli est immense. On est passé en 26 mois d'une monarchie absolue de droit divin s'appuyant sur un système féodal à une monarchie constitutionnelle à peu près égalitaire (distinction entre les citoyens actifs et les passifs). L'édifice est cependantbancal et ne peut qu'entraîner des évolutions ou des révolutions.
Les différents problèmes qui surgiront dans les mois à venir seront les conséquences des quatre problèmes suivants:
• Louis XVI n'est pas prêt à jouer le rôle d'un monarque constitutionnel et souhaite un retour total et sans concession à l'ancien régime.
• La bourgeoisie (majorité de l'assemblée : Feuillants et modérés) nesouhaite pas de nouvelles avancées qui permettraient au peuple une participation plus importante à la vie du pays (Loi Le Chapelier sur les organisations des mouvements ouvriers)
• Le peuple des villes (représenté particulièrement par la Commune de Paris) se sent frustré et floué par ce nouveau régime dont il attendait tout et qui lui refuse certains droits sous prétexte d'être des citoyenspassifs.
• Le clergé et la majeure partie de la population catholique sont divisés et dérangés par la constitution civile. Une séparation totale église-état eût été beaucoup plus préférable.
Les débuts de la Législative
Deux tours d'élections étaient prévus par la constitution, le premier consistant à nommer les électeurs du second tour avait eu lieu en juin 1791. Les 4,3 millions de citoyensactifs masculins (pour 1,9 millions de passifs) avaient élu 1% des leurs qui formeraient les assemblées électorales du second tour. Le second tour eut lieu du 29 août 1791 au 5 septembre 1791 pendant lesquels les assemblées électorales achevèrent la nomination des nouveaux députés. De part le suffrage censitaire, l'écrasante majorité des députés était d'origine bourgeoise, pas de sans-culottes,pas de va-nu-pieds ni d'ailleurs de richissimes propriétaires ou de riches banquiers. Ils sont donc 745 nouveaux députés à apparaître, dont la majorité a moins de 30 ans et 60 ont moins de 26 ans (Michelet dit : " Plus de cheveux blancs, Une France nouvelle aux cheveux noirs "), ce sont essentiellement de simples propriétaires et des avocats mais l'on y compte également 26 prêtres, 28 médecins ousavants et quelques militaires. Tous prêtèrent le serment des Jacobins "Vivre libre ou mourir !".
Rappelons que cette nouvelle assemblée n'a aucun pouvoir constitutionnel, elle a l'initiative des lois et un droit de regard sur les ministres, elle détermine le niveau du contingent militaire et propose le budget. Le Roi ne peut ni la dissoudre ni la convoquer.
Le vote avait en fait été très peusuivi, selon les départements, entre 25% et 33% de participation environ. La droite monarchiste disparaissait de l'assemblée ainsi que le haut clergé. Les députés se répartissent en trois groupes:
• à droite, les Feuillants et quelques aristocrates libéraux (264). Partisans d'une monarchie constitutionnelle, ils sont hostiles à tout retour au passé et veulent une application stricte de laConstitution. Inspirés par le Triumvirat (Barnave, Lameth, Duport) et par La Fayette ils souhaitent en rester à ce stade de la révolution. Parmi eux, le général Mathieu Dumas, Jaucourt ou Girardin.
• les Jacobins, minoritaires, à gauche (136) venus de Paris ou de Province (Bordeaux) nommés aussi les Brissotins du nom de leur chef de file Brissot. Leurs orateurs seront les députés de BordeauxVergniaud, Guadet, Gensonné ou Grangeneuve, leur penseur sera Condorcet . Issus de la moyenne bourgeoisie et relativement modérés, ils devront tenir compte de l'extrême gauche qui regroupe des membres du club des Cordeliers (Basire, Chabot ou Merlin) et des individus isolés comme Couthon ou Carnot.
• au centre le Marais (345) regroupe des constitutionnels et des partisans d'une monarchie modérée....