La révolution française

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1276 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La révolution Française

Introduction

C'est l'événement le plus important de l'histoire de France, qui va redéfinir les règles de fonctionnement de la société et du système politique actuel. 
L'Ancien Régime et la monarchie sont renversés, mais les révolutionnaires se divisent sur la mise en place des principes révolutionnaires. Ces divisions expliquent les différentes étapes, marquées parla violence, des changements de régimes politiques, des luttes sociales. 
Quels sont les aspects positifs et négatifs de cette révolution ?

I°) Les origines de la révolution.

A) L'ancien régime en crise. 

L'Ancien régime doit faire face à une triple crise: économique, financière, et d'autorité.
• La crise économique: à partir de 1785, de mauvaises récoltes entraînent l'inflation desprix et la famine. En 1786, le traité de commerce avec l'Angleterre pénalise les entreprises françaises moins modernes.
• La crise financière: L'Etat est endetté, parce qu'il vit au dessus de ses moyens.
• La crise d'autorité: Louis XVI repousse les réformes issues des idées des Lumières.

Face à ces difficultés, Louis XVI convoque les Etats Généraux (assemblée des trois ordres de lanation). Les français sont appelés à rédiger des cahiers de doléances afin d'exprimer leurs problèmes. Les français restent attachés au roi, à la monarchie. Ils réclament des réformes, mais pas la révolution.

B) Un révolution politique pacifique.

Les Etats Généraux sont un échec. Le roi refuse de réformer la monarchie absolue.
Le 17 juin, les députés du tiers état, le clergé et quelquesnobles se proclament assemblée nationale constituante, et se donnent pour mission de réaliser une constitution , et votent le 26 août la première Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui s'appuie sur les idées des Lumières. C'est une révolution politique: la monarchie absolue n'existe plus.

Ces libertés permettent à la vie politique de s'organiser autour des clubs (associationspolitiques: Les jacobins, les feuillants, les cordeliers), et de journaux ( "L'ami du peuple" de Marat, " le père duschène " de Hébert, " le patriote français " de Brissot) qui permettent de faire connaître les idées des révolutionnaires.

C) Une révolution sociale violente.

Le roi rassemble des troupes autour de Paris. Le peuple prend peur et se révolte le 14 juillet en s'emparant de la Bastille.Les révolutionnaires créent une garde nationale (armée de citoyens) commandée par La Fayette, et prennent les contrôles des communes en créant des gouvernements révolutionnaires appelés municipalités. 

En province, les paysans comprennent mal ce qui se passe à Paris. Des rumeurs alarmantes alimentent la panique. Cette peur provoque des scènes de pillage durant tout le mois de juillet. C'est la"grande peur". Les nobles sont particulièrement visés. Le 4 août, les parlementaires abolissent les privilèges afin de contenter le peuple.

II°) 1790-1792: L'échec de la monarchie constitutionnelle.

A) La réorganisation de la France.

En 1790, l'assemblée constituante a pour mission de créer les nouvelles structures de la France. Elle vote un certain nombres de lois:
• 83 départementssont créés afin d'harmoniser les administrations et d'effacer les anciens repères, traces de l'ancien régimes.
• Les biens du clergé sont confisqués et vendus sous formes d'assignats afin de rembourser les dettes de l'état. En juillet 1790, les députés votent la constitution civile du clergé. Les prêtres deviennent des fonctionnaires d'état.
• La constitution est adoptée le 14 septembre1791. Elle prévoit la séparation des pouvoirs, des élections libres, mais censitaires. Le roi dispose d'un droit de veto (d'opposition à une loi)

Certaines décisions divisent les français. Le roi refuse les réformes. Parmi les révolutionnaires, certains proposent de se séparer du roi (club des cordeliers) 

B) La chute de la monarchie.

En juin 1791, le roi tente de fuir à l'étranger. Il...