La rampe serge daney analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1135 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Muet Séverin 15 décembre 2008

Dans la Rampe, Serge Daney nous dis «  il n’est pas étonnant que ce soit la peinture, et non plus le théâtre, qui ait été la première référence, le premier témoin du cinéma moderne ».
Nous allons essayer de comprendre le lien qu’ont eu le théâtre et la peinture sur le cinéma et inversement.

Le théâtre et le cinéma tout deux se rapproche et se sépare. Lecinéma a d’abord emprunté au théâtre, avant de lui apporter, à son tour, ses comédiens, ses techniques, ses nouveautés, son publics. L’apparition des salles de cinéma a engendré la disparition des théâtres populaires. Le cinéma, s’est emparer des acteurs de la comédie-française et a bousculé l’évolution du spectacle théâtral. Au début, le cinéma a adapté quelques trucages photographiques. Mais,tout de suite, le cinéma révèle ses possibilités immenses en matière de divertissement pour la population. Le cinéma de Méliès, est lancé dans la «voie théâtrale et spectaculaire» comme il aimer le préciser. La caméra est positionnée à la même place que le spectateur. Ensuite, le cinéma se détachera du théâtre en empruntant à d’autres arts, en révélant l’extraordinaire pouvoir des images (comme ala peinture). La parole, qui pendant un temps rappelle la filiation théâtrale, figure ensuite dans un tout autre équilibre avec l’image; petit à petit, le réalisateur va prend la place du metteur en scène au théâtre. La technique cinématographique retentit sur le métier du théâtre, certain film seront retranscrit en pièce de théâtre (Harold et Maude .Colin Higgins).

Le cinéma a exploré tousles domaines du théâtre : cinéma populaire, d’animation, cinéma-vérité, cinéma politique, socio-éducatif. Mais, surtout, le cinéma moderne a donné à l’acteur une certaine vérité et a enlevé le mythe de l’acteur pour lui donner une autre dimension. C’est dans ce domaine que la rupture entre cinéma et théâtre est la plus voyante. De plus, après avoir été un rival redoutable, le cinéma etaujourd’hui la télévision donne au théâtre une nouvelle valeur. Le cinéma moderne comme les nouveaux théâtres refusent l’acteur cohérent, met en valeur le corps. Maintenant, l’acteur s’invente comme son propre personnage, surtout au théâtre. La distance critique qui s’impose au théâtre et au cinéma a fait une mauvaise réputation aux traditionnels acteurs de théâtre. Le zoom de l’écran a mis en valeur lemétier de l’acteur de théâtre traditionnel aux nouvelles contraintes.

Le cinéma moderne, propose un énorme travail, sur et par le comédien. Le jeu est un art de se situer dans un ensemble véritable. Le théâtre demande au comédien qu’il devienne son personnage ou qu’il l’analyse. Le cinéma, avec une bonne direction d’acteurs peut faire paraître un non-acteur, acteur. Ici, l’histoire compte peu;tout se passe entre l’acteur et le metteur en scène. Au cinéma, la réalité, l’esthétique d’un visage nous véhicule directement et nous les adopterons à celles d’une figure, quelle que soit la part de l’art. Certaines personnes dises, qu’après deux ou trois films, un acteur est fini, ce qui ne veut pas dire que la star de cinéma n’a plus de sens, mais au contraire qu’elle en a beaucoup trop ,renvoyant au comédien et à des images qu’on attend de lui. Le metteur en scène de cinéma souhaite affirmer son œuvre contre l’acteur, alors que le spectateur attend d’une reconnaissance de l’acteur une passivité réconfortante. La mythologie qui entoure un acteur de cinéma connu fait que le spectateur l’identification avec son image de déjà vu, le refus peut être également. Tandis qu’au théâtre lesspectateurs attendent de l’acteur qu’il joue, cette complicité fait naitre le plaisir, avec lucidité. Au cinéma, l’acteur sert à stimuler des rêves ou à en proposer d’autres qu’il soit imaginaire ou rassurant. Le cinéma modernise le combat entre l’homme et le monde en temps réel. Au théâtre, ce combat se déploie en temps imaginaire.

S'il existe une connexion entre peinture et cinéma, il faut...
tracking img