La recherche de la justice doit-elle se contenter de satisfaire le sentiment du juste et d’injuste ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1349 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : La recherche de la justice doit-elle se contenter de satisfaire le sentiment du juste et d’injuste ?

Introduction :

« Je ne crois pas que la justice règne jamais parce que l'injustice n'est pas dans les lois, elle est en chacun de nous » - Françoise Giroud.

Pour bien comprendre le sujet, il faut déjà savoir ce qu’évoquent les termes du sujet. D’après le Lexique des TermesJuridiques des éditions Dalloz, « la justice désigne ce qui est juste. Rendre la justice consiste essentiellement à dire ce qui est juste dans l’espèce concrète soumise au tribunal. Le mot justice désigne aussi l’autorité judiciaire, ou l’ensemble des juridiction d’un pays donné ». D’après le Dictionnaire Larousse, l’adjectif juste, qui vient du latin justus, signifie « qui a le soucis de la justice,qui respecte le droit et l’équité. Qui est conforme au droit et à l’équité. » Et l’adjectif injuste, qui vient du latin injustus, signifie « qui n’est pas conforme à la justice, à l’équité. » Le sens de « se contenter de satisfaire » est de savoir si la justice se borne à contenter le juste et l’injuste.
La problématique sera donc la suivante : le seul but de la justice n’est-il pas que derendre le sentiment de juste et d’injuste ?

Pour répondre à ce problème, le juste et l’injuste sont deux quêtes de la justice (I) ce qui sera illustré par le droit positif et le droit naturel. Mais, cette même justice peut avoir aussi d’autres buts (II) notamment avec la justice commutative et distributive ainsi qu’avec la recherche du bonheur par l’utilitarisme.
I. Juste et injuste : deux quêtesde la justice…

Juste et injuste sont diamétralement opposés, cependant ils ont en commun la même la racine.

A. Droit naturel : le jusnaturalisme

Ulpien est le premier dans les années 200 après J.C à donner la première grande définition de ce qu’est le droit naturel : « le droit naturel est ce que la nature enseigne à tous les animaux car ce droit n’est pas le propre du genre humain maisil est commun à tous les animaux qui naissent sur Terre ou dans la mer ainsi qu’aux oiseaux. Nous voyons tous les animaux pénétrés de ce droit. De là, provient l’union du mâle et de la femelle que l’on appelle mariage, de là la procréation des enfants, de là l’éducation. »
Dans la notion de jusnaturalisme, il y a à côté du droit posé, le droit naturel. Quelque chose échappe aux législateursétatiques, ce droit peut venir dans cette conception de droit divin dans l’ordre de la raison chez Kant ou d’autres théoriciens. Le droit naturel échappe à l’arbitraire des organes qui édictent les normes. Le droit ne s’occupe pas des motifs, il suffit d’un comportement externe. Il y a des normes qui ne font que confirmer les actes moraux. La morale juge l’acte par la qualité de ses motifs. Le droitnaturel moderne se caractérise par un universalisme, par exemple les Droits de l’Homme et du Citoyen : « Les hommes naissent libres et égaux en droit ».


B. Droit positif : le positivisme

Le positivisme est le seul droit. C’est un droit posé par la volonté humaine, par une autorité habilité.
Pour les positivistes, chaque système juridique génère son propre critère juridique et se conformeà son propre système. Le positivisme ne garde que le droit posé, c’est une conception formelle du droit qui est édicté dans une certaine forme.
Le positivisme de la norme morale, cette thèse ne signifie pas que le contenu du droit serait moralement neutre. D’après Michel Troper : « une norme n’est pas juridique parce qu’elle est conforme à une norme morale et elle ne perd pas sa nature juridiquesi elle lui est contraire ». Ce n’est pas parce qu’une norme est morale que c’est une norme juridique et vice versa. Pour les auteurs positivistes, le droit positif se justifie par lui même soit parce qu’il émane de l’Etat.

Dans les deux types de pensée, il n’y a pas la même conception de sanction.
Pour le positivisme, le droit est un ensemble de règles et de normes seulement posées et de...
tracking img