La reliure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1102 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Option : Communication et médias
Semestre : 6

Préparé par : M. SABBAGH Najib

Année universitaire : 2010-2011
Plan

• Introduction
1-Définition
2-L’histoire
• Développement
Les différents types de reliure
1-Lareliure traditionnelle cousue dite « à la française ».
2-La reliure traditionnelle en orient, dite « à la chinoise » ou « à la japonaise ».
3-La reliure emboîtée dite « reliure à la Bradel »
4-Les reliures contemporaines
5-Vocabulaires

1-Définition
La reliure (nom dérivé de relier) consiste à lier, à rassembler les  feuilles d'un livre, pliées ou non en cahier, de manière àen prévenir la dégradation, à en permettre l'usage durable et souvent à lui donner une esthétique avenante. Par extension, le terme désigne aussi le résultat de ce travail.
Très vite, cette pratique artisanale s'est érigée en art. Aujourd'hui les amateurs bibliophiles peuvent rechercher des reliures à la rareté ou à l'esthétique exceptionnelles.
Il existe plusieurs types de reliure :2-Histoire
La reliure était déjà classée comme un art chez les Romains : on distinguait les librarioli, lesglutinatores, etc. Pendant le Moyen Âge, les reliures furent quelquefois splendides, mais le plus souvent sobres et peu ornées. Après la découverte de l’imprimerie et à l’époque de laRenaissance, cet art prit un grand essor : dès la fin du xve siècle, on vit les reliures en maroquin eten veau succéder aux reliures en bois couverts d’étoffes ou de peaux mégissées. L’Italie, puisLyon et Paris fournirent alors les plus habiles relieurs : on cite, en France, Pierre Roffet, dit le Faucheux, sous François Ier et Henri II ; Nicolas et Clovis Ève, sous Charles IX, Henri III et Henri IV. Les amateurs recherchent les livres que firent relier les bibliophiles de ce temps, Grolier,Laurin, Maioli, etc.Au xviie siècle, les arabesques italiennes, les filets, les entrelacs, les ornements rehaussés d’or et de couleur, firent place à des reliures simples et sévères, notamment en maroquin rouge et enveau uni, souvent de couleur sombre, comme dans les reliures dites Jansénistes. Le Gascon,Pierre Gaillard et Ruette, puis Boyet, Du Seuil, les deux Dérôme et Philippe Padeloup, enfinBisiaux et Bradel, sontles relieurs les plus estimés des xviie et xviiie siècle ; on cite à la même époque en Angleterre, Baumgarten, Welcher, Roger Payne, Kalthober, etc.
➢ Les types de reliure
1-La reliure traditionnelle cousue dite « à la française ».
La reliure à la française est passée en carton, cousue de manière traditionnelle. C’est la technique classique qui a connu son apogée aux XVIIIe et XIXe siècles.[pic]

2-La reliure traditionnelle en orient, dite « à la chinoise » ou « à la japonaise ».
La reliure à la chinoise, parfois appelée reliure à la japonaise est une reliure pratiquée en Extrême Orient, sans colle, utilisant deux feuilles plus épaisses autour des feuilles du livre et un fil qui enserre les feuilles au travers de quatre ou six trous.
[pic]
3-La reliure emboîtée dite« reliure à la Bradel ».
Une reliure est dite « à la Bradel » lorsqu'elle se présente sous la forme d’un emboîtage avec un dos brisé. Le dos est dit « brisé » car il n’est pas collé aux cahiers ; on peut donc ouvrir complètement le livre sans risque et constater l’espace qui se crée. Le dos est généralement lisse et sans nerfs devenus inutiles. Avec ce type de reliure, le livre est recouvert de papier oude toile à la place du cuir qui serait trop rigide. Les gouttières profondes créées aux charnières sont caractéristiques des reliures à la Bradel. Plus rapide à fabriquer, plus économique et relativement plus pratique, ce type de reliure connut un vif succès auxixe siècle.

[pic]

Cette qualification de reliure vient du nom d’un relieur de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui aurait...
tracking img